SUJET COLLECTIF Elles sont belles, mes salades !
Pour y participer, il suffit de se rendre ici
Au plaisir de vous y voir


Bienvenue aux nouveaux membres !
N'hésitez pas à squatter le flood ou la CB même si vous n'êtes pas validés, on se fera un plaisir de vous intégrer <3


Partagez | .
 

 well-behaved women seldom make history.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Crédits : Kaja ♥
Avatar : Aishwarya Rai
Ici depuis le : 23/11/2013
Messages : 286

Âge du personnage : quarante ans
Ascendance : sang-pur
Statut : femme au foyer, épouse de Lennart Heill.
Particularités : étrangère il y a vingt-sept ans, plus tellement aujourd'hui • magie à la croisée des runes scandinaves et des éléments indiens •
Dédoublement de personnalité : Tyr du Sviar.
Points : 5

Feuille de personnage
LOCALISATION : Wends, chez les Heill donc.
JE COMPÉTITIONNE POUR : Skuli.
INVENTAIRE :

(#) Mer 27 Nov - 11:52



curiosité
en chiens de faïence


Participants • Asta Raudi & Nasrin Heill
PNJ ? On est chez les Heill, donc pas grand monde si ce n'est la famille. Pas de Kaja promis  
Statut du sujet • Privé. Avez-vous une très bonne raison d'être dans les appartements de Nasrin ?
Date, mois, année • Fin du mois de Gormánuður, 1295.
Lieu • Demeure des Heill.
Moment de la journée • Début d'après-midi.
Météo • Peu importe, une douce chaleur règne toujours dans les appartements de Nasrin.

Je souhaite que les Nornes interviennent dans ce sujet
(à noter que dans le cas d'un sujet d'intrigue, vous n'aurez pas le choix)
image ©️ tumblr (pas plus de précisions pardon)


Dernière édition par Nasrin Heill le Ven 13 Déc - 12:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits : Kaja ♥
Avatar : Aishwarya Rai
Ici depuis le : 23/11/2013
Messages : 286

Âge du personnage : quarante ans
Ascendance : sang-pur
Statut : femme au foyer, épouse de Lennart Heill.
Particularités : étrangère il y a vingt-sept ans, plus tellement aujourd'hui • magie à la croisée des runes scandinaves et des éléments indiens •
Dédoublement de personnalité : Tyr du Sviar.
Points : 5

Feuille de personnage
LOCALISATION : Wends, chez les Heill donc.
JE COMPÉTITIONNE POUR : Skuli.
INVENTAIRE :

(#) Mer 27 Nov - 12:28

EN TERRES INCONNUES
asta & nasrin
À les voir pourtant, les différences étaient notoires. La jeune et la femme. L'enfant et la mère. La viking et l'étrangère. L'exploratrice, la femme au foyer. La rousse, la brune. Celle qui n'avait de beauté divine que le prénom, et celle connue pour être le trésor indien de son mari. Et pourtant vraiment, étaient-elles aussi antagonistes que la situation semblait le laissait croire ? La jeune, la femme. Mais quelle était la femme ? Celle qui avait vu du pays, celle qui avait étudié, qui savait se défendre ou bien l'enfant qui passait ses journées à rêver et à se distraire ? Les catégories étaient bien trop floues pour une réalité nuancée et complexe. Nasrin venait d'accueillir Asta Raudi dans son salon, et elle la regardait avec une curiosité non feinte bien que polie. Dans quelques instants, Asta serait peut-être prise par la chaleur du foyer. Mais en attendant, elle était enveloppée de lourdes fourrures, quand Nasrin évoluait dans de légères soieries multicolores. Le spectacle était étonnant pour le moins, d'autant plus pour celui qui savait qui elles étaient. Les Heill et les Raudi ne se portaient pas vraiment dans leurs coeurs. Et cet exemplaire des Raudi n'était certainement pas la plus ouverte à l'égard des Heill. Tout à fait légitimement cela dit, puisqu'elle et Kaja Heill s'étaient violemment attaqué à plusieurs reprises. L'attaque. La violence. Des concepts qui semblaient tout à fait déplacés dans le salon de Nasrin, ce qui devait d'ailleurs perturber l'invitée. Ne dit-on pas que les Raudi tapent avant de penser ? Or taper semblait tout à fait hors de propos dans ce salon. C'était penser qu'il fallait. Rêver. Imaginer. Mais alors pourquoi faire venir une Raudi chez elle, Nasrin n'espérait tout de même pas une conversation à bâtons rompues des heures durant ? Non, ce n'était effectivement pas ce qu'elle avait en tête.

Voilà quelques temps que Kaja lui avait parlé de cette fille, en des termes pas franchement élogieux, mais suffisamment éloquents pour éveiller sa curiosité. Nasrin avait toute confiance en la claire perception de sa fille, sauf peut-être lorsque son sang chaud était de la partie. Et de toutes évidences, Asta Raudi avait tapé sur les nerfs de Kaja bien avant que les deux aient eu le temps de discuter. Alors certes, Nasrin prenait désormais Asta pour une rousse sans cervelle ne faisant que jouer de ses poings. Mais c'était justement cela qui l'intriguait plus que de raison. C'était cela qui l'avait fait consulter sa belle-soeur. Car même après vingt-sept ans en Scandinavie, Nasrin était loin d'en savoir autant sur les familles nordiques que Carina Heill, qui semblait vivre dans un annuaire gigantesque et complet de tous les habitants du coin. Carina lui avait donc confirmé que la seconde fille de Dagmar était non seulement connue pour avoir le sang roux, mais qu'elle était en tous points le fils que son père aurait aimé avoir : combattante, exploratrice, fougueuse... Plus proche finalement de Kaja que de Nasrin, mais n'allez pas répéter à la jeune Heill que c'est ce que sa mère avait immédiatement pensé. À chaque détail qu'elle apprenait sur Asta, Nasrin s'en retrouvait un peu plus étonnée. Elle ne jouait donc pas seulement de ses poings, elle savait aussi parcourir les mers. Et elle n'était pas seulement exploratrice, mais apparemment bonne commerçante. Après une année à collecter des informations sur la jeune Raudi, Nasrin s'était décidée à la rencontrer, et passant encore une fois par sa belle-soeur, elle avait fait courir le bruit qu'elle cherchait à la voir. Tant et si bien que lorsque Asta avait mis le pied dans les Wends, quelqu'un s'était empressé de lui signifier qu'elle était attendue chez les Heill. Nasrin avait ri en s'imaginant ce qu'avait du être la première réaction d'Asta, sommée de venir chez Kaja. Mais non, pas de sommation ni de Kaja, simplement Nasrin la priant de se joindre à elle, officiellement pour observer ce qu'elle avait à vendre. L'entrevue n'ayant pas été préparée, Asta n'aurait peut-être rien à vendre, mais cela n'embêtait pas Narsin, qui cherchait surtout à la rencontrer.

Seulement la rouquine était arrivée l'air un peu étonnée et devait se demander ce qu'on lui voulait. « Est-ce que tu veux quelque chose ? N'hésite pas à demander » avait proposé Nasrin en maîtresse de maison accomplie. Comme si ne trônaient pas déjà sur la table des sucreries exotiques et une carafe d'eau. Et pour que son invitée ne se sente pas gênée, Nasrin croqua dans une des pâtes roses à leur disposition, détaillant toujours son interlocutrice. « Je suis ravie de te rencontrer » Kaja m'a parlé de toi, mais ça on va le garder sous silence pour l'instant histoire de ne pas miner l'atmosphère dès les trois premières secondes. Ce que Nasrin avait envie de demander, finalement, c'était ce que voulait dire être une femme lorsque l'on était digne d'être un fils. Ce que cela faisait d'explorer les contrées voisines. Quelle était son arme préférée. Ce que Nasrin demanda finalement ce fut « Il paraît que tu embobines les plus âgées en leur vendant des amulettes de tes voyages. Mais pour moi, est-ce que tu aurais quelque chose ? ». Et elle sourit joyeusement, amusée de se sentir aussi à l'aise dans ce rôle malicieux de femme au foyer comme dans celui d'enfant curieux souhaitant l'entendre parler de récits armés. Que je sois avalée par Jörmungand si Asta y comprenait quelque chose.
Code by Silver Lungs


 
To face the cold, you must have enjoyed the sun



avatars en signature par la plus superbe fille ♥️
FLASH NEWS : tous les invités et fans de DC,
Nasrin attend très très fortement son frère




Dernière édition par Nasrin Heill le Ven 13 Déc - 12:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Pseudo : Lyn
Crédits : Arté & Tumblr
Avatar : Rose Leslie
Ici depuis le : 19/11/2013
Messages : 133

Âge du personnage : 25
Ascendance : Sang-pur
Statut : Exploratrice, combattante, commerçante itinérante, aussi.
Particularités : Hein? C'est quoi ça?
Dédoublement de personnalité : Silke la Sauvage
Points : 35

Feuille de personnage
LOCALISATION : Quelque part au fond du Noregr, ou sur un knörr
JE COMPÉTITIONNE POUR : Skuli
INVENTAIRE :

(#) Sam 7 Déc - 8:58

Qu’est-ce qu’elle était venue faire dans les Wends…. Asta se posait la question, encore, en suivant celui qui avait proclamé devoir chez les Heill car on voulait l’y voir. On? Kaja lui avait-elle attiré de nouveaux ennuis pour le plaisir de l’ennuyer? Le mot était un peu faible, la Raudi et la Heill ne s’aimaient pas, voire mieux, elles se détestaient cordialement. La rousse se demanda un instant si elle avait réussi à s’attirer les foudres de toute la famille; si c’était le cas, elle en était sincèrement fière. Pourtant, alors qu’elle avançait dans les couloirs, dépassant des tas de pièces dont elle ne connaîtrait jamais l’utilité, des questions jaillissaient dans son esprit qui n’était pas réputé pour être aussi rapide. Pourquoi la demandait-on ici? Pourquoi ne l’avait-on pas déjà attaquée? Voulait-on l’entretenir? Mais à quel sujet? Ce n’est que lorsqu’elle se retrouva face à Nasrin, dans un salon chamarré, aux couleurs chaudes et à la chaleur exquise - ou étouffante, vu les fourrures que portait Asta -, qu’elle comprit que la violence de Kaja n’était pas à craindre aujourd’hui. Lui tendait-on un piège? Malgré les soieries, l’odeur presque envoutante, la décontraction de son hôte du jour, Asta ne pouvait s’empêcher de penser en guerrière. Piège, traquenards, embuscades, menace. Oui, menace. En terrain inconnu, la Raudi se sentait aussi menacée qu’un animal s’égarant sur des terres hostiles. Cet endroit n’était pas fait pour être accueillir chaleureusement les roux aux coups de poings faciles. Asta était la digne fille de Dagmar, et les douceurs posées ici et là ne lui faisaient pas envie; certes, elles l’intriguaient. Elle savait Nasrin le bijoux de son mari, gardée précieusement entre les murs de la demeure des Heill. Tout droit tirée d’un pays lointain, exotique, que la rousse ne pouvait qu’imaginer, et espérer visiter un jour.

Nasrin Heill ne ressemblait pas à sa fille; son air n’était pas vile, et elle ne donnait pas l’impression de comploté quelques horribles manigances au fin fond de son esprit. Manigances destinées à s’attirer les faveurs de deux jeunes crétins de Brandr et d’Utanlands. Savait-elle à quoi sa fille jouait, chaque jour, lorsqu’elle partait à la chasse au lapereau? Asta n’était pas assez fourbe pour révéler de telles détails, d’autant plus que d’autres préoccupations occupaient son esprit. Que voulait cette femme, bon sang? L’idée même qu’on ait pu lui parler d’elle ne lui vint pas immédiatement. Bien sûr, il y avait toujours des racontars sur les Raudi, sur comment ils avaient provoqué une bagarre, sur qui avait frappé qui, ou qui repartait sur le navire de Dagmar. Une année entière à se renseigner à son sujet, jamais elle n’aurait pu l’imaginer.
La chaleur lui grimpa aux joues, déjà roses du froid, et elle défit les liens qui retenaient la première peau jetée sur ses épaules. Son étonnement premier s’était peu à peu changé en méfiance; pas terriblement hostile, mais méfiance tout de même. La fourrure fut posée sur un canapé, à l’allure moelleuse, recouvert de coussins multicolores et de tentures en tout genre. Absolument pas le goût des vikings qu’elle pouvait connaître. La voix, veloutée, posée, de l’hôte, s’éleva finalement, et Asta l’observa avant de baisser les yeux sur le plateau à disposition. « De la bière, c’est possible?» L’alcool l’intéressait plus que les sucreries, du moins était-ce ce qu’elle laissait bien voir, jetant un nouveau coup d’oeil à ces cubes pastels dont elle ignorait le goût ou même la recette.

Toujours debout, et un peu gauche, elle ne quittait pas des yeux son interlocutrice, sauf pour jeter un coup d’oeil à cette pièce. Un petit bout d’ailleurs. Ravie de la rencontrer? Asta fronça les sourcils un instant.« Je ne pensais pas qu’une Heill me dise ça un jour.» Après tout, elle était à peu près sûre que Kaja avait bavé quelques horreurs à son sujet; comme pas mal de gens, mais elle… Elle était bien pire. Hel l’emporte, cette saleté. La Raudi finit par se laisser tomber sur un des canapés, un peu moins lourdement que ce qu’elle aurait bien pu faire chez elle, sa besace et son arc non loin, toujours à portée de main. Les convenances n’étaient pas son fort, et elle s’en fichait, pour dire vrai.
Par le marteau de Thor, qu’est-ce que voulait cette fichue femme? Des amulettes? Des bijoux venus d’ailleurs? Le sourire aux lèvres, Nasrin l’observait, et s’il n’y avait aucune animosité dans son regard, Asta avait l’impression de se tenir devant Fenrir lui-même. Loin de son univers. « Ils aiment ça, les babioles, c’est pas ma faute.» Certes, quelques fois elle avait enjolivé l’histoire, glissés quelques mots sur tel ou tel mage au détour de la conversation, sur des propriétés insoupçonnées et totalement imaginaires. « C’est pas les amulettes qui vous intéressent, vous. Quoiqu’ j’en ai des vraies, et des belles. Des bijoux aussi, il doit m’en rester quelques uns, des parures de pierres taillées venant de l’Est.» Asta se pencha, attrapa sa besace et en tira un morceau de cuir roulé qu’elle déplia sur ses genoux, dévoilant quelques fameux colliers dont la beauté n’avait rien d’un mensonge. Un aux émeraudes brillantes, l’autre aux pierres semi-précieuses brutes et plus à son propre goût - si un jour elle acceptait de porter des bijoux. Les posant sur la petite table où patientaient les sucreries, elle observa à nouveau Nasrin : « Si vous vouliez des bijoux, vous auriez pu envoyer quelqu’un. Qu’est-ce que vous m’voulez?» Raudi un jour, Raudi toujours.


“ All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost; the old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, a light from the shadows shall spring; renewed shall be blade that was broken, the crownless again shall be king.” Tolkien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits : Kaja ♥
Avatar : Aishwarya Rai
Ici depuis le : 23/11/2013
Messages : 286

Âge du personnage : quarante ans
Ascendance : sang-pur
Statut : femme au foyer, épouse de Lennart Heill.
Particularités : étrangère il y a vingt-sept ans, plus tellement aujourd'hui • magie à la croisée des runes scandinaves et des éléments indiens •
Dédoublement de personnalité : Tyr du Sviar.
Points : 5

Feuille de personnage
LOCALISATION : Wends, chez les Heill donc.
JE COMPÉTITIONNE POUR : Skuli.
INVENTAIRE :

(#) Dim 8 Déc - 11:50

EN TERRES INCONNUES
asta & nasrin
Sous les yeux curieux de Nasrin, Asta avait dévoilé quelques bijoux étincelants. En temps normal, ils auraient pu accaparer l’attention de Nasrin, mais celle-ci était en réalité beaucoup trop attachée à regarder le visage de la jeune femme en face d’elle. D’ailleurs, Asta n’était pas si bête que la rumeur le prétendait, puisqu’elle lui fit remarquer que son mésintérêt à l’égard des bijoux était visible. Elle n’aurait pas pu envoyer quelqu’un, puisque c’était effectivement à Asta qu’elle en voulait. Seulement elle se voyait mal expliquer cette curiosité lanscinante qui la définissait pourtant souvent. Au lieu de cela, cherchant une échappatoire temporaire, elle se rappela la requête de son invitée. « Je vais chercher de l’alcool. » Asta n’était peut-être pas si bête qu’elle n’en avait l’air, mais vraiment, de l’alcool ? Nasrin fit la moue, s’éclipsant quelques minutes. Elle n’aimait pas l’alcool, et ne comprenait pas le plaisir qu’on pouvait en tirer. Elle avait vu des vikings costauds et rationnels perdre soudain la tête après une choppe de trop, et entendu tant de récits désarmants. Que cherchaient-ils donc tous dans les choppes de bière ? Enfin, peu importe, elle avait d’autres changelins à fouetter. En revenant avec la lourde caraffe de bière et un verre, elle sourit à son invitée. .« Tiens, n’hésite pas à te servir. » Nasrin en revanche choisit méticuleusement une sucrerie plus claire que les autres, elle avait sa préférence.

D’où viennent-ils, ces bijoux ? Tu les achètes à l’Est et tu les revends ici pour un meilleur prix ? » Ou bien étaient-ils le fruit d’un pillage ? À qui avaient-ils appartenu ? Elle fit glisser sa main vers les émeraudes brillantes, elles étaient d’une qualité incontestable, peut-être l’achèterait-elle après tout. Mais en attendant, elle posa un regard inquisiteur sur la besace encore remplie d’Asta. Qu’avait-elle, hormis des bijoux ? De quoi avait-on besoin, lorsqu’on traversait ainsi les mers et vivait en toute indépendance ? Dégustant la guimauve minutieusement sélectionnée, et n’écoutant déjà plus un mot de ce que Asta pouvait lui répondre, Nasrin s’efforça d’imaginer ce que la besace contenait. Une arme, bien sûr. Quoique. Les armes se rangent-elles vraiment dans une besace, ne se portent-elles pas plutôt à la ceinture ? Elle n’osait pas dévisager l’accoutrement de son interlocutrice pour ne pas paraître trop intrusive non plus. Tout au plus jeta-elle un coup d’oeil vers la peau abandonnée sur son canapé. C’était une Raudi, une sang-pur de grande famille quoi qu’en dise. Et pourtant, la peau était élimée par endroits, et n’avait certainement rien à voir avec les fourrures que Nasrin choisissait toujours attentivement. Non, Asta Raudi n’avait pas que ça à faire. Qu’avait-elle à faire ? De quoi était constituée sa vie ? Et qu’y avait-il d’autre dans cette besace ? De quoi manger ? Des fruits ? Du gibier ? Non, la besace n’était pas si grande que cela. Les amulettes en question, peut-être. Des fausses, et des vraies. Asta la regardait, elle allait devoir être tenue de s’expliquer d’un instant à l’autre.

Kaja n’est pas la seule à m’avoir parlé de toi, ou tu ne serais effectivement probablement pas dans ce salon à l’heure qu’il est ». Un petit rire. Elle ne se moquerait jamais de sa fille en présence d’une étrangère, d’une ennemie à Kaja qui plus est, mais se moquait plus volontiers d’elle-même, et de sa propre facilité à croire aveuglément tout ce que lui disait Kaja. Elle enchaîna : « Il n’y a même pas que les Heill qui m’ont parlé de toi, tu t’es taillée une petite réputation dans toute la Scandinavie à force de voyager, je respecte cela. Ou du moins j’en suis curieuse.. » Sa phrase resta une ou deux secondes en l’air, Nasrin ne sachant plus continuer. Cela aurait pu être l’instant où elle la lançait sur une question personnelle. Mais de toutes évidences, au vu de la mine fermée et au ton sec de la rousse, elle se serait attirée au mieux une réponse laconique. Non, Nasrin tenta plutôt de faire précipitamment revenir la conversation sur elle-même, pour ne pas rendre Asta plus méfiante qu’elle n’était probablement déjà.

« Est-ce que tu as des armes aussi ? Une discrète, maniable. Et même si tu n’en a pas sur toi, je préfère avoir tes conseils plutôt que la curiosité des marchands du coin. » C’était un prétexte à éveiller son attention, mais pas uniquement. Ces derniers temps, Nasrin avait fait de sombres songes, et sa visite à la soeur du bourreau ne s’était pas déroulée dans les meilleurs termes, le chemin du retour l’avait inquiétée plus que de raison. Avoir une arme sur elle ferait peut-être taire ces craintes. Nasrin n’avait jamais frappé un homme de sa vie, elle ne pouvait compter sur la seule force de ses poings. Contrairement à Asta, sougea-t-elle en souriant, qui en une pareille situation ne serait probablement pas effrayée. Être indépendante comme elle s’imaginait Asta l’être l’inspirait et l’effrayait. Pouvoir ne compter que sur soi, c’était onirique. Mais devoir ne compter que sur soi ? Cauchemardesque. Elle avait tant de questions sur le bord des lèvres, Asta accepterait-elle de les entendre ? Finalement, avant qu'Asta ait pu répondre, poursuivant sa pensée rapide, Nasrin demanda à brûle pourpoint : « Quelle serait ton arme de prédilection ? »
Code by Silver Lungs



 
To face the cold, you must have enjoyed the sun



avatars en signature par la plus superbe fille ♥️
FLASH NEWS : tous les invités et fans de DC,
Nasrin attend très très fortement son frère


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Pseudo : Lyn
Crédits : Arté & Tumblr
Avatar : Rose Leslie
Ici depuis le : 19/11/2013
Messages : 133

Âge du personnage : 25
Ascendance : Sang-pur
Statut : Exploratrice, combattante, commerçante itinérante, aussi.
Particularités : Hein? C'est quoi ça?
Dédoublement de personnalité : Silke la Sauvage
Points : 35

Feuille de personnage
LOCALISATION : Quelque part au fond du Noregr, ou sur un knörr
JE COMPÉTITIONNE POUR : Skuli
INVENTAIRE :

(#) Sam 28 Déc - 9:37

Cette femme n'avait rien d'un viking ; ce constant pouvait paraître bien futile à quiconque connaissait déjà Nasrin, mais Asta se trouvait en sa présence pour la première fois de sa courte existence. A vrai dire, elle ne voyait pas non plus la ressemblance entre la Heill qui se tenait devant elle, et celle qu'elle détestait tant, Kaja. Elle ressemblait bien plus à son père, croisé, peut-être, avec un troll. Mais à Nasrin ? Cette femme venait de terres lointaines qu'Asta n'avait jamais vu ; si elle espérait y poser un pied, elle ne connaissait ses terres indiennes qu'à travers les légendes, à travers ce que pouvait lui raconter sa tante Matilda, ce qui était parfois inscrit sur quelques rares parchemins ou cartes qu'elle trouvait pendant ses expéditions. Ils n'étaient pas nombreux, les hommes vivants à déjà s'être rendus par-delà les océans, et Asta se demanda un instant si cette pièce ressemblait vraiment à ce que l'on pouvait là-bas. Toutes ces tentures, ces couleurs, ces douceurs... Certainement pas à son goût, non, mais elle engrangeait les détails comme une enfant pour nourrir son imagination fertile. La moue qu'afficha son hôte lorsqu'elle se décida enfin à aller lui chercher un peu de bière manqua de lui tirer une remarque désobligeante ; cette étrangère n'avait rien à redire sur les coutumes des vikings, femme de Lennart Heill ou non. La bière, l'hydromel, les eaux-de-vie tirées de fruits laissés à macérer pendant des mois étaient des plaisirs qu'Asta ne refusait jamais ; que généralement les vikings ne refusaient jamais. Bien rares étaient ceux qui ne se retrouvaient pas à la taverne pour converser, jouer ou se battre ; même sa cousine Sigrid, si pacifiste dans l'âme, s'était trouvée saoule durant leur dernier repas de famille, réunissant Raudi, Oddi et Freknur.

Asta n'hésita pas ; une fois le pichet sur la table, elle se servit un godet et en but une gorgée sans même se faire prier. Son périple avant d’atterrir dans les Wends avait été long, comme toujours, et un bon verre de bière n'était jamais de refus après tant d'heures de marche. Laissant son hôte observer les bijoux, elle haussa un sourcil à sa question : « Je les achète n'importe où. Certains viennent des fonds des terres, d'autres d'une expédition. Je les troque ou je les achète, on s'en fout. » Le ton n'était pas agressif, mais Nasrin ne d evait pas oublier qu'elle se trouvait face à une Raudi qui, encore heureux, n'était pas bien vulgaire en ce jour. Elle ne comprenait pas les questions de la Heill et ce qu'elle pouvait bien lui vouloir. Les gens n'étaient habituellement pas curieux à son sujet, tout le monde connaissait le clan, tout le monde connaissait Asta. Il n'était pas prétentieux d'affirmer cela, un tas de rumeurs circulaient toujours sur les grandes familles, et la rousse ne faisait rien pour les calmer. Au contraire, elle enchaînait les bagarres, les expéditions et les aventures en tout genre. Une Utanlands avait même tissé une tapisserie de ces histoires, et Asta s'en était beaucoup amusée, même si une pointe de fierté s'était faite ressentir. Après tout, son père ne devrai-il pas être fier que l'on conte les histoires de sa fille, comme on aurait pu le faire avec un fils valeureux ?

Gardant le silence pour obtenir des réponses aux questions qu'elle ne voulait pas poser, la rousse se contenta d'observer Nasrin jusqu'à ce qu'elle se décide enfin à éclaircir la situation. Qu'elle acheta ou non ses bijoux importait peu à Asta, elle souhaitait savoir pourquoi. « Votre fille n'est certainement pas le meilleur sujet à aborder pour faire conversation. » Absolument pas, même, et sans menacer qui que ce soit mais avouant tout à fait sa haine de la Heill, elle reprit un peu de bière. Alors comme ça, comme la rousse avait pu le supposer, elle était curieuse de rencontrer une voyageuse ; peut-être qu'à rester ainsi enfermer dans cette immense demeure, elle commençait à s'ennuyer. Asta ne se trouva pas plus flatter de cet intérêt ou de ce prétendu respect qui fut rapidement chassé ; elle ne pouvait s'empêcher de se méfier malgré sa décontraction naturelle. D'abord, parce qu'il s'agissait d'une Heill, ensuite, par instinct. « Les gens parlent beaucoup, ils n'ont pas grand chose à faire. Surtout à Skuli. » Nid de toutes les rumeurs et de tous les complots, bien des histoires et des conflits avaient commencé à Skuli sans que l'on ne connaisse la source véritable. On avait déjà prêté à Asta des coucheries avec son propre cousin ; cette fois-là, elle avait trouvé l'auteur du ragots et lui avait fait avaler quelques dents, histoire de.

« Je n'ai pas grand chose sur moi. » Ainsi cette femme voulait une arme ? La rousse attrapa sa besace et y fouilla un instant pour tirer une dague encore engoncée dans son fourreau de cuir travaillé. Qu'on lui demande son avis lui fit lever le regard vers l'étrangère, qu'elle observa un instant afin de juger de ce qui lui conviendrait le mieux. « Si vous voulez quelque chose tout de suite, elle vous conviendra parfaitement. Quand on veut du discret, les poignards et les dagues sont les plus recommandés. Les aiguilles aussi, de ce genre. » Elle tendit d'abord l'arme à son hôte, la laissant admirer le travail fin de l'argent sur la garde et la lame fine, et assez courte pour être dissimulée sous des tuniques ou des jupons. Elle tira une petite boite brute, carrée, qu'elle déposa sur la table ; l'ouvrant, elle offrit son contenu aux regads : quelques fines aiguilles terriblement aiguisées, plus longues qu'un doigt, munis d'un anneau à l’extrémité. « Pas mon genre d'arme, mais ça peut s'avérer pratique tant qu'on est pas sur un champ de bataille. » Un sourire en coin étira ses lèvres ; cette femme ne mettrait jamais les pieds dans une guerre ou même une bagarre, elle n'aurait pas besoin d'une hache ou d'une masse d'armes.


“ All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost; the old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, a light from the shadows shall spring; renewed shall be blade that was broken, the crownless again shall be king.” Tolkien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits : Kaja ♥
Avatar : Aishwarya Rai
Ici depuis le : 23/11/2013
Messages : 286

Âge du personnage : quarante ans
Ascendance : sang-pur
Statut : femme au foyer, épouse de Lennart Heill.
Particularités : étrangère il y a vingt-sept ans, plus tellement aujourd'hui • magie à la croisée des runes scandinaves et des éléments indiens •
Dédoublement de personnalité : Tyr du Sviar.
Points : 5

Feuille de personnage
LOCALISATION : Wends, chez les Heill donc.
JE COMPÉTITIONNE POUR : Skuli.
INVENTAIRE :

(#) Mer 22 Jan - 13:29

EN TERRES INCONNUES
asta & nasrin
À son aise au cœur de ce salon-écrin construit à son image, l’Indienne se leva, se dirigeant vers un placard niché dans le fond de la pièce. Son poignet oscillait vivement de gauche à droite, ses lèvres s’entrouvraient pour prononcer quelques mots étrangers, et de ses doigts fins s’élancèrent soudain des étincelles de magie. Une théière délicatement travaillée se remplit soudain du brûlant liquide désiré. « Les gens parlent beaucoup, ils n'ont pas grand chose à faire. Surtout à Skuli. » Asta parlait dans son dos, et un sourire complice se dessina sur le visage de Nasrin. Les gens de Skuli parlaient effectivement beaucoup. Les rumeurs les plus folles ne cessaient de circuler, et la Heill se remémorait encore facilement la peine qu’elle avait eu lorsqu’elle certaines étaient parvenues à ses oreilles. « L’étrangère inutile, le coup de foudre d’un gamin qui va la renvoyer chez elle », il y a plusieurs années de cela. Puis, un peu plus récemment, des atteintes toujours aussi personnelles. « Pourquoi est-ce que les Heill n’ont eu que Kaja hein ? J’veux dire, Lennart a pas l’air impuissant, alors c’est quoi son problème à l’étrangère ? Faut croire que la nature en a assez de leurs fourberies. » Ou les critiques incessantes sur son mari. Des jaloux. Des envieux. Des oisifs. Oui, tout cela était arrivé aux oreilles de  Nasrin. Cela et bien d’autres choses encore. « Le jour où Asta revient de son expédition, on parie que Kaja est dans le coin à l’attendre. Ca fait bien trop longtemps qu’elles ne se sont pas mises sur la figure. » Les gens de Skuli ne savaient faire que cela, de parler. D’exagérer, d’affabuler, d’inventer. Nasrin était pourtant friande d’anecdotes originales. Mais les rumeurs de Skuli n’étaient jamais assez solides, toujours un simple souffle, pas de véritable histoire. « Si vous voulez quelque chose tout de suite, elle vous conviendra parfaitement. Quand on veut du discret, les poignards et les dagues sont les plus recommandés. Les aiguilles aussi, de ce genre. » Nasrin revint auprès de son invitée, croisant son regard neutre. La dague en question était un véritable bijou, et dissipa quelques instants les pensées de Nasrin. Elle se représentait si clairement le forgeron derrière l’objet. L’homme ou la femme, l’artisan qui avait consacré plusieurs heures de son temps à tailler un bijou de cette qualité. Bijou meurtrier, bijou discret bien que lumineux, façonné pour tuer et pour plaire tout à la fois. Paradoxe résolu dans ce travail étonnant qu’elle avait sous les yeux. Les aiguilles qu’Asta sortit ensuite de sa besace étaient étonnantes, jamais Nasrin n’avait vu une arme semblable. Si fines, invisibles presque à l’œil nu. Un frisson lui parcourut l’échine. Comme il semblait soudain si simple de tuer. Était-ce bien à cela que ses aiguilles étaient destinées ? À écorcher, du moins ? À se défendre ? Mais Nasrin gardait la dague en main, se sentant plus proche de celle-ci.

« Pas mon genre d'arme, mais ça peut s'avérer pratique tant qu'on est pas sur un champ de bataille. » Nasrin surprit le sourire sarcastique de son interlocutrice et le lui rendit volontiers. Il faudrait une révolution insoupçonnable pour qu’elle se retrouve sur un champ de bataille. Or non seulement le monde viking était relativement en paix, mais les Wends étaient de surcroit une des régions les plus protégées et les plus tranquilles. Lennart l’y laissait toujours l’esprit tranquille s’il avait à faire ailleurs, et il suffisait à chaque Heill de fouler le sol de ces contrées pour se sentir en sécurité chez eux. Asta en revanche… Quels champs de bataille avait-elle rencontré par-delà les mers ? Nasrin tentait de se remémorer les rumeurs, ce que les gens racontaient des explorations de la Raudi. Mais elle craignait de confondre les récits. Asta avait fait s’évanouir la question de Nasrin, mais l’étrangère était obstinée.

« Ton genre d’arme est le genre pratique sur un champ de bataille ? » La pensée furtive des récits de Lennart lui vint en tête. La main toujours serrée autour de la dague que Asta lui avait proposé, elle poursuivit : « Une hache par exemple ? Pour quels combats ? Les vikings sont en paix non ? Jusqu’où vas-tu pour trouver des champs de bataille ? » Et dans un parallèle totalement absurde avec les images qu’elle évoquait, les souvenirs violents qu’elle tentait de susciter chez son invitée, elle lui tendit un des plateaux finement ouvragés sur lesquels s’étalaient plusieurs douceurs multicolores. « Tiens, prends donc un de ceux-là, ma mère a toujours été particulièrement fière de sa recette. » « Pas vraiment une combattante non plus » ajouta Nasrin en souriant. Carina ou Lennart auraient probablement été surpris de l’entendre mentionner une famille à laquelle elle ne semblait jamais penser. Mais Nasrin se plaisait à faire ressusciter ici, face à cet inconnue, un univers si lointain. Elle percevait combien ses habitudes indiennes intellectuelles pouvaient être à des lieux des habitudes d’Asta. Pourtant, la Raudi avait voyagé. Jusqu’où était-elle allée ? Nasrin n’en avait aucune idée. Probablement pas jusqu’en Inde, toutefois. L’Inde était si loin. Mais Nasrin appréciait l’idée d’en donner un aperçu à cette Raudi voyageuse, que l’aperçu soit à son goût ou non.

Code by Silver Lungs



 
To face the cold, you must have enjoyed the sun



avatars en signature par la plus superbe fille ♥️
FLASH NEWS : tous les invités et fans de DC,
Nasrin attend très très fortement son frère


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


(#)

Revenir en haut Aller en bas
 

well-behaved women seldom make history.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Make the Evolution V4
» FRETTY-WOMEN: La jongleuse d'éléments.
» BIG BARDA BUST - WOMEN OF THE DC UNIVERSE - DC DIRECT
» History of the Roman Empire - UGG
» Make some NOISE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ginnungagap :: Ailleurs :: Terres scandinaves :: Wends-