SUJET COLLECTIF Elles sont belles, mes salades !
Pour y participer, il suffit de se rendre ici
Au plaisir de vous y voir


Bienvenue aux nouveaux membres !
N'hésitez pas à squatter le flood ou la CB même si vous n'êtes pas validés, on se fera un plaisir de vous intégrer <3


Partagez | .
 

  Enfin l'hiver, enfin Jól | EVENT I, groupe III

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Crédits : Undomiel
Ici depuis le : 27/10/2013
Messages : 65

Statut : Tisseuses du destin
Points : 152

(#) Ven 20 Déc - 5:56



Enfin l'hiver, enfin Jól
Mörsugur (21 décembre 1295)


« Et ce soir, Asa, es-tu seule ? Parce que tu sais, je suis toujours disponible, pour te porter chance. Pas même si j'avais le choix entre toi et Thormund Öfugr ! » La blonde se tourna vers son amie, gloussant derrière sa main, s'écartant du jeune homme qui venait de la courtiser bien peu subtilement. Parce que ce soir, en vérité, elle aimerait bien passer la nuit avec Folker, mais... il faut bien le faire mariner un peu ! Finna l'attrapa par la main et la tira vers le centre du village, la tirant de sa rêverie. « Viens, il reste du porc ! Et je ne parle pas de Folker ! » Un éclat de rire, une course entre les différents groupes qui se formaient sur la place publique. Tout le monde était réuni à Skuli – les élèves de Dürmstrang comme les professeurs, les navigateurs qui rentraient pour l'hiver ou profitaient de cette dernière nuit avant de lever l'ancre, toute la population de la Scandinavie même. Et encore, ce n'était que le jour ! Ce soir serait grandiose et tout le monde, spécialement les jeunes gens, attendaient le spectacle du soir, qui célébrerait le solstice d'hiver dans les chants, la danse et les apparitions magiques. Ceux qui ne trouveraient personne avec qui passer la nuit resteraient éveillés, à deviser autour du feu, une öl à la main... mais oh, la nuit était encore loin ! Pour le moment, il fallait manger.

Les deux jeunes filles se frayèrent un chemin dans la foule et s'immobilisèrent quelques secondes devant un danseur, qui dansait avec une déesse faite de lumière et de fumée, avant d'être bousculées par une haute silhouette. Dans son dos, une hache, et sur son visage, des runes tatouées. La blonde rendit un coup de coude à l'homme. « Mais faites attention ! Un grognement répondit à Asa, qui renifla avec dédain, tout en marchant jusqu'à l'endroit où une cuisinière donnait des morceaux du blót à tous. Y'a pas à dire, le nombre de Vif-Höd réunis ici est effarant. »



Sur le bateau qui amène les étudiants au port de Skuli, l'impatience se fait sentir. Les professeurs ont peine à retenir leurs étudiants, qui ont déjà commencé à chanter sur le pont du knörr. Et s'il ne restait plus de blót à leur arrivée ? Sur les quais, quelques personnes sont prêtes à aider tout ce beau monde à débarquer sans tomber à l'eau.



Joyeux Jól, chers vikings ! Cette fête qui célèbre le solstice d'hiver est un moment de joie pour tous. Pas de batailles, pas de rage qui tienne, c'est le moment de s'amuser. Depuis le début du jour, des marchands vendent des amulettes de protection, pour l'hiver qui est à nos portes, et des artistes venus de tous les coins de la Scandinavie chantent et dansent pour le plaisir de vos yeux. Il y a quelques heures, le blót a été sacrifié : un énorme porc, engraissé magiquement, dont vous pouvez tous déguster une tranche fumante. Skuli est en fête, au lendemain du Thing, et la jólaöl coule à flots.

Ce tour de jeu durera jusqu'au 24 décembre; vous pouvez poster aussi souvent que vous le désirez ! Nous vous conseillons des messages plutôt courts, mais évidemment, c'est à votre discrétion.

Vos camarades de jeu : Asta Raudi, Bartram Oddi, Dita Utanlands, Elfi Öfugr, Matilda Raudi, Rosa Heill, Sigrid Oddi
gif ©fyeahvikings
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
GAGNANTE DÜRMSTRANG • Décapiter pour gagner des points, c'est mon métier

Pseudo : silverthorn
Crédits : Avatar : Insuline | Signature code broadsword. et image Tumblr
Avatar : Ellie Kendrick
Ici depuis le : 18/11/2013
Messages : 216

Âge du personnage : 16 ans
Ascendance : Sang pur
Statut : Dürmstrang
Particularités : Potionniste experte ● Fille unique de Bartram et Sunhilda Oddi ● Membre du trio infernal ● A perpétué la tradition Raudi en cramant le Labyrinthe ● A le beguin pour Kris Jarnsida ● A peur des trolls ● Compte bien monter un orchestre pour faire la teuf dans la ferme de Siri.
Dédoublement de personnalité : Aska la Viking en kilt & Brunhild la Lycanthrope
Points : 68

Feuille de personnage
LOCALISATION : Dürmstrang.
JE COMPÉTITIONNE POUR : Dürmstrang !
INVENTAIRE :

(#) Sam 21 Déc - 15:07

    ▬ Sigrid que Hel t'emporte si tu ne te calmes pas ! », râla Dita.

C'était vrai qu'elle ne tenait pas en place. Il était connu de tous que Sigrid dormait peu mais la nuit qui avait précédé Sigrid n'avait juste pas dormi du tout. De peur d'être fatiguée dans la journée -il fallait aussi préciser que la nuit d'avant avait été l'objet d'une escapade nocturne, ce qui n'aidait pas - Sigrid s'était préparée une potion avec une légère infusion de ginseng sibérien, si légère que son palpitant frôlait la tachycardie depuis des heures. Rabattant la capuche de son manteau de fourrure, Sigrid contempla au loin les falaises qui annonçaient Skuli alors que le knörr fendait l'eau. Le heurt des vagues contre la coque était totalement étouffé par le chant des élèves, même Dita s'était laissée aller à donner de la voix et personne n'avait eu le cœur de l'en empêcher. Aujourd'hui, elle allait retrouver son Clan et elle n'en pouvait plus d'attendre de revoir sa famille. Sigrid n'avait plus vu son père depuis des mois, son raid l'avait retenu pour sa rentrée et Jòl allait sonner les retrouvailles un Clan au complet. Et pas que. Les Raudis seraient là aussi, Dagmar, Damara, Asta ils devaient tous être présents pour les festivités. Tournant la tête vers les passagers du bateau, Sigrid chercha Solveig des yeux mais point de crinière rousse en vue, ni la sienne, ni celle d'Elin. Peu importe, elle retrouverait sûrement ses cousines lors des festivités.

La mer était aussi sombre que la fête s'annonçait lumineuse, plusieurs autres langskips escortaient celui de Dürmstrang vers le port de Skuli. Couvrant la voix des gamins, le Capitaine hurla qu'ils allaient bientôt plongé ce qui remémora à ceux qui ne l'avaient pas encore fait qu'il était temps de mâcher leur branchiflore. Écoutant les conseils de son paternel, Sigrid dégaina son poignard alors que le knörr s'abîmait dans la mer se rapprochant de Dita et d'Elfi en cas de grabuge. Ce n'était pas les créatures sous marines qui allaient leur gâcher la fête. Même sous l'eau, les élèves purent entendre le son des instruments et le fracas des tambours qui se frayérent un chemin à travers l’élément aqueux mais la musique devint assourdissante quand le knörr émergea accompagné des cris de joie des élèves. Un sourire tenace vint étirer les lèvres de la Oddi et elle fila en traînant dans son sillage les filles vers l'endroit de débarquement.

Si Sigrid n'avait jamais encore pris la mer avec son père, elle avait néanmoins l'habitude de monter sur la Pute Borgne ce qui fit qu'elle descendit rapidement du bateau. Cherchant dans la foule les siens, son regard ne parvint pas à s'arrêter sur le brun d'un Oddi, les quais étant sans doute trop chargé pour que son père ait réussi à se frayer un chemin jusqu'au knörr. Sigrid se dit que cela l'énerverait, donc qu'il risquait d'insulter tout le monde, donc qu'elle l'entendrait venir. Attendant les jurons de son père, elle s'assura que Dita et Elfi avait réussi à débarquer sans incident jusqu'à ce qu'elle aperçoive une crinière rousse... Raudi.
    ASTA ! ».

Fendant la foule, la Oddi fondit sur sa cousine avant de l’étreindre avec affection. Sigrid avait encore grandi depuis la dernière fois que les demoiselles s'étaient vues, ce qui faisait que les jeunes femmes avaient pratiquement la même taille désormais. Rejetant en arrière les boucles brunes qui lui barraient le visage, relâchant Asta en se rendant compte qu'elle était tout de même trempée, Sigrid se débarrassa de son manteau avant de revenir à sa cousine.
    Comment vas-tu depuis le temps ? Raconte moi tout, j'ai quelques corbeaux de retard ! Qu'est ce que tu deviens depuis le sumar ? Jòl s'annonce incroyable cette année. »

Le Jarl avait plutôt réussi son coup, la fête battait son plein. Ou alors était-ce elle qui était surexcitée ? Peu importait, elle était avec sa famille et ses amis, tout ne pouvait que bien se passer.


    wisdom
    A man must be big enough to admit his mistakes, smart enough to profit from them, and strong enough to correct them.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Pseudo : Lyn
Crédits : Arté & Tumblr
Avatar : Rose Leslie
Ici depuis le : 19/11/2013
Messages : 133

Âge du personnage : 25
Ascendance : Sang-pur
Statut : Exploratrice, combattante, commerçante itinérante, aussi.
Particularités : Hein? C'est quoi ça?
Dédoublement de personnalité : Silke la Sauvage
Points : 35

Feuille de personnage
LOCALISATION : Quelque part au fond du Noregr, ou sur un knörr
JE COMPÉTITIONNE POUR : Skuli
INVENTAIRE :

(#) Sam 21 Déc - 16:50

Jòl. Asta n'avait pas vu les jours passer, sumar disparaître aussi rapidement qu'il était apparu. Les semaines sur le knör de son père avaient filé à toute vitesses, et celles passées sur terre s'étaient écoulées de la même manière. Il n'était pas arrivé tant de choses pourtant ; des bagarres, des expéditions en solitaire au fin fond des montagnes, des bagarres, des petites vieilles cherchant des amulettes et autres reliques de mages, des bagarres. Rien de bien surprenant pour la fille de Dagmar Raudi ; rien de bien surprenant pour une viking en mal de découvertes et de jours passés en mer. Plus le temps passait et plus Asta se rendait compte que les raids lui manquaient ; les expéditions au fin fond des îles glacées, dans les terres inconnues, sur des mers démontées, à la recherche d'elle ne savait trop quoi.

Mais Jòl était là, et elle n'avait pas à se soucier de quoi que ce soit d'autre ce soir là. Sa famille s'était éparpillée, mais la rousse ne se faisait aucun souci pour eux : les Raudi savaient aussi bien se défendre que se retrouver. Sachant le knörr de Dürmstrang sur le point d'arriver, la rousse s'était frayée un chemin entre les joyeux fêtards pour s'approcher du port. Elin et Solveig n'allaient pas tarder à débarquer, ainsi que les Oddi et les autres. Il tardait à la jeune femme de retrouver ses sœurs, et ses cousines, de s'attabler avec elles toutes autour d'une chope, ou d'une bonne bouteille d'Hydromel. De boire et de se raconter ces quelques semaines passées loin les unes des autres. Jamais Asta n'avait apprécié la compagnie des femmes autant que celle des membres de sa famille. Si les Oddi, les Freknur et les Raudi étaient pour le moment éparpillés à droite à gauche, il était presque certain qu'ils finiraient la nuit attablés dans la même taverne, et que Bartram et Dagmar risquaient de se cogner dessus avant le jour nouveau.

On hurla tout à coup son nom et Asta fit volte-face avec un grand sourire. « Ah te voilà! » Ses bras se refermèrent sur Sigrid et si elle avait été encore une enfant, certainement qu'elle l'aurait soulevée de terre pour l'amuser. Mais voilà que la Oddi, qui avait dix ans de moins qu'elle, faisait à présent presque sa taille. « Ouhla, doucement, ça en fait beaucoup d'un coup et j'ai déjà fait un tour à la taverne. Qu'est-ce que t'as grandi, bon sang. » Certainement qu'elle était loin d'être saoule, et que ses vêtements devaient être trempés de leur étreinte, mais la rousse s'en fichait bien. « J'ai traîné ici et là, depuis que j'ai débarqué. Quelques balades dans les montagnes, rien de bien nouveau tu sais. Et toi alors ? Tu fais des tiennes, à Dürmstrang? » Jetant un coup d'oeil par-dessus l'épaule de sa cousine, Asta aperçut la jeune Utanlands, non loin de la Öfugr, mais n'ajouta rien sur les fréquentations de sa cousine. « T'as pas trouvé Solveig et Elin ? Elles doivent en train de foutre je ne sais quoi. Tu veux qu'on aille chercher un peu d'hydromel ? Ton père doit pas être bien loin. » Elle indiqua du menton les deux gamines non loin, ses deux amies, et contre toute attente ajouta : « Tu peux leur proposer, si tu veux. » Et pourtant, Asta Raudi et les Utanlands n'étaient apparemment pas fait pour s'entendre.


“ All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost; the old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, a light from the shadows shall spring; renewed shall be blade that was broken, the crownless again shall be king.” Tolkien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN • Bourrin infidèle

Pseudo : Arté
Crédits : ©Rosieslullaby
Avatar : Richard Armitage
Ici depuis le : 22/10/2013
Messages : 820

Âge du personnage : 40 ans
Ascendance : Sang-pur
Statut : Capitaine de la Pute borgne, un langskip sympathique
Particularités : Jumeau de Silja Oddi. L'infidélité incarnée.
Dédoublement de personnalité : la sale mioche (kirsten vondr)
Points : 85

Feuille de personnage
LOCALISATION : Skuli, quelque part dans le port
JE COMPÉTITIONNE POUR : Skuli
INVENTAIRE :

(#) Dim 22 Déc - 17:31

« Plus tard ! On causera plus tard, là, j'ai ma fille à récupérer. » Et c'est avec ces quelques mots que Bartram prit congé d'un chef de famille de sang-pur qui aurait voulu lui parler d'Odin-savait-quoi. Il savait que le navire de Dürmstrang ne tarderait plus, et il avait promis à Sunhilda -sa douce épouse- qu'il s'occupait d'accueillir Sigrid comme il le fallait. Avec la foule sur les docks et dans Skuli, il fallait bien qu'il s'occupe de retrouver sa gamine. Et puis il ne l'avait pas vue depuis un certain temps, en plus de ça. Il se souvenait de ses traits, ça n'était pas très dur, mais il allait avoir un choc en la voyant pour de vrai. Elle, elle allait peut-être aussi avoir un choc en le voyant avec le nez pété. Se frayer un chemin dans la foule avait ça de gênant qu'on lui heurtait parfois la cuisse qui était sensible (tout comme le genou que cet idiot de Karlsefni s'était amusé à frapper une semaine auparavant).
Se frayant un chemin à travers les badauds, il arriva sur les pontons en bois qui amenaient à la passerelle où le navire de Dürmstrang venait de s'amarrer. La plongée sous l'eau avait l'air de s'être bien passée : les enfants descendaient en riant. Et lui, il guettait sa fille. Un peu trop loin pour pouvoir la voir vraiment, il cherchait aussi des rouquines dans le tas. Là haut, sur le pont du knörr de Dürmstrang, il aperçut une femme aux cheveux roux, Matilda Raudi. La sœur de Sunhilda avait l'air de surveiller les gamins qui descendaient, à moins qu'elle attende aussi ses nièces, Solveig et Elin. Bartram se surprit à penser à Damara l'instant d'après, et il se sentit coupable la seconde qui suivit. Avançant donc à travers la foule de gens qui repartaient avec leurs gosses, il vit enfin une chevelure rousse, et des boucles brunes. Et il tonna, de sa voix de stentor habituelle : « ENFIN VOUS VOILÀ ! » Comme s'il avait mis des siècles à les voir. Arrivant à la hauteur d'Asta et Sigrid, il eut un temps d'arrêt. Sa fille avait presque la même taille que sa nièce, et elle avait l'air bien plus mûre qu'avant. Six mois qu'il ne l'avait pas vue (il avait fait un tour à Dürmstrang, l'année précédente, pour raconter ce qu'il y avait sur les côtes de l'Ouest à des gamins attentifs). Elle avait grandi, encore. Il se demandait si elle allait s'arrêter de pousser un jour. Il enlaça sa fille, la première, la serrant bien fort dans ses bras, content de la revoir. Puis enlaça Asta, un peu moins fort. Et salua, d'un signe de tête et en les nommant, les jeunes Elfi & Dita. Sa fille lui en avait déjà parlé plus d'une fois dans ses lettres, et bien qu'elles soient étrangers, elles étaient ses amies. « On attend encore Matilda et tes deux sœurs, Asta, avant d'y aller. Et vous, vous avez quelqu'un qui vient vous chercher, les filles ? » Il s'adressait désormais aux deux amies de sa fille : histoire de voir s'il allait devoir s'assurer que les rejetones Öfugr et Utanlands allaient avoir besoin d'une escorte. Ou peut-être attendaient-elles quelqu'un elles aussi ? Un frère, un cousin, des souffre-douleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


(#) Dim 22 Déc - 19:35

La famille est sacrée, chaque membres de la famille Raudi est essentiel pour moi.  Tous, que ce soit ma fratrie, surnommé le Trio. Mais également mes nièces ainsi que le conjoint de ma sœur et la conjointe de mon frère.  Ils sont importants pour moi et ce soir, je vais les retrouver. Les élèves de Dürmstrang quittent l’école pour se précipiter dans les bateaux, ils chantent. Je souris, un sourire rêveur. Je vais enfin revoir ma famille.  Pendant la traversée, je reste silencieuse. Je pense à Tyr. Est-ce que je vais le trouver là-bas pendant cette fête ? Je l’ignore, sans doute pas.  Je dois cesser de penser à lui, il vaut mieux pour ma santé mentale. Quelques temps après, nous arrivons à Sulki, la ville est en liesse. Le Jarl a bien réussi sa mission, il est un bon comte, pour l’instant.  Je laissais les enfants que j’avais sous ma responsabilité rejoindre leurs familles, tandis que moi,   je cherche du regard mes nièces ou d’autres membres de ma famille. Je ne vois aucuns d’eux. Ou sont-ils ? Ou est Sunhilda et Dagmar ? Et les filles ? Je marche dans la foule, un peu trop dense pour essayer de les retrouver. Ou sont-ils ? Mon palpitant bat d’une allure rapide. J’ai peur. Une Raudi a peur ? Oui, c’est possible. Nous ne sommes pas tous fait de glace et de feu, nous sommes humains et nous ressentons des émotions. Je continue de marcher, je vois certaines personnes qui sont  aussi accueillants comme un Öfugr , cela est bien dommage qu’ils sont ainsi. Bref, je continue ma recherche pour retrouver les miens.  J’essaye de me frayer dans  la masse populaire, il y a encore foule ce soir, encore plus que les autres jours. C’est normal, aujourd’hui c’est le solstice d’hiver. Un jour particulier, les étoiles brilleront ce soir, mais, je n’aurais pas le loisir de les voir ce soir, je serais en famille. Et si je devrais choisir entre ma famille et le spectacle de mes chères étoiles, il est évident que je choisirais ma famille. Cette famille est importante. Elle est celle qui me permet de continuer. Les êtres de ma chair de ma chair et le sang de mon sang sont des gens que je chéris plus que tout.  Je respire doucement et je tente de me calmer. Je vais les trouver, je ne dois pas perdre espoir. Ni baisser les bras. Je découvre au loin, une petite troupe, il y a des roux. Est-ce eux ? Oh, je l’espère. Je me rapproche d’eux, avec un sourire.  Je les vois enfin, c’est ma famille.  Je souris et j’arrive près d’eux. Je découvre les visages de mes nièces, mais également de Bartram et également de Dita et Elfi. J’embrasse chaleureusement sur la joue mon beau-frère, j’ébouriffe les cheveux de   Sigrid  gentiment et je serre la main deux fois de Asta, ceci est un code entre nous, rien que pour nous deux. Je ne vois pas parmi eux, Damara, Elin et également Solveig. Ainsi que ma sœur, et l’épouse bien aimée de mon frère et ce dernier. Je souris à la troupe.

Matilda -  Joyeux  Jól à vous !  Dis-je m’exclamant joyeusement. Bartram, je suis contente de te revoir ! Sunhilda, ma sœur n’est pas avec toi ? M’inquiétais-je. Je regarde mes nièces et je lance à Asta d’une voix joyeuse. Tu as changé ma chère, dis moi quand tu es libre, il faut que je te parle de quelque chose. Lui dis-je en souriant.  Le trio, comment allez vous ? La traversée n’a pas été trop dure ? J’espère que vous n’avez rien fait de mal ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Pseudo : Palo
Crédits : Arté
Avatar : Abigail Breslin
Ici depuis le : 19/11/2013
Messages : 101

Âge du personnage : 16 ans
Ascendance : Sang pur
Statut : élève à Dürmstrang - cours après le Draugr, cherche des passages secrets, et globalement, fout la merde sans se faire prendre (le talent, mes amis, le talent)
Particularités : Métamorphomage, mais de piètre qualité. Alors pour compenser, elle utilise une potion dérivée du polynectar pour faire illusion.
Points : 15

(#) Dim 22 Déc - 20:55

Jol. Dita se renfrogna. Cette fête l'énervait. Certes, en temps normal, elle n'aurait pas rechigner contre une occasion de sortir de Dürmstrang et de se bourrer la gueule avant de se bastonner amicalement goûter avec modération aux alcools Vikkings et rendre hommage aux nobles traditions de rencontre, d'amitié, et d'unité entre Vikkings. Mais là, c'était différent. Sigrid allait retrouver les Raudi. Sa tante - qu'elle voyait certes tous les jours, mais là, elle pourrait se détendre -, ses multiples cousins et cousines, et puis son père. Certes, les vikkings n'étaient pas expressifs, mais il était simple de comprendre que tous s'entendaient bien et se portaient une certaine affection. Et elle ? Son père ne serait pas là, bien sûr. La question ne se posait pas. Il ne se déplacerait pas pour son incapable de fille. Sa génitrice était hors concours. Et son frère ? Mieux vallait qu'il ne vienne pas, en fait. Voir toute ces familles qui se retrouvaient la rendait aigrie. Le genre d'aigritude (et oui, ce mot existait si elle voulait) qui la poussait à gueuler sur ses amies (ce qui en fait ne changeait pas beaucoup d'habitude).

Elle descendit prestement du bateau, condamnée à suivre Sigrid et à être entouré de Raudi. "J'espère qu'ils auront vite finit leurs embrassades murmura-t-elle à Elfi. "T'es parfaitement ridicule, tu le sais ça, Dita ?"Je t'emmerde, Elfi." Mais elle se détendit un peu à la vue de la famille de Sigrid. Certes, ça la rendait jalouse, mais ils étaient  gentils. elle sourit à Bartram - si il n'avait pas été le père de sa meilleure amie, elle aurait dit qu'il était sexy. "Non, personne. Je crois que comme chaque année, les Raudi sont condamnés à se coltiner une Utanlands." Elle salua Asta de la tête, notant qu'elle avait donc promis de leur payer à boire - parfait, puis leva les yeux aux ciels face aux questions de Matilda. Elle était gentille, c'était son enseignante préférée, mais quelle parano. Comme si elles étaient du genre à faire des conneries à Dürms... Si, Matilda. Le temps de la traversée, on a eu le temps de jeter trois élèves par dessus bord, d'invoquer un calamar géant pour renverser un des bateaux, et on a fait exploser Dürmstrang. Et sinon, on s'est tenu à carreau, comme d'habitude. Et elle leur offrit son sourire de requin le plus sage possible.


Dernière édition par Dita Utanlands le Ven 27 Déc - 13:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Pseudo : Adri - Ad Gloriam
Crédits : Mocking Jay
Avatar : Isabelle Fuhrman
Ici depuis le : 18/11/2013
Messages : 183

Âge du personnage : Quinze ans
Ascendance : Sang Pur
Statut : Étudiante
Particularités : Fille de Jarl. Ewai.
Points : 15

Feuille de personnage
LOCALISATION :
JE COMPÉTITIONNE POUR :
INVENTAIRE :

(#) Lun 23 Déc - 14:00

Le knörr glissait sur l'eau. Paisiblement. Quelques vagues se brisaient contre la coque en chêne ; impassible. Une bourrasque de vent gonfla brusquement la voile alors que la lumière du soleil s'abrita derrière une montagne.
Ombre parmi les ombres, Rosa. Assise à l'arrière du bateau, à l'écart du brouhaha des élèves qui s'essayaient au chant. Quiconque se devait de fuir devant un tel spectacle. Y compris les Margygrs. Une bonne chose, non ?
Recroquevillée sous sa peau de Loup, à l'abri du froid, Rosa jouait de l'ocarina pour elle même. Ces voix brisées de pré-pubères lui étaient difficilement supportables.
Debout, la main posée sur la tête du dragon à la proue, le Capitaine hurla un ordre. L'oreille distraite de Rosa capta un seul mot. Plongeon.
Les membres de ce glorieux convoi placèrent dans leur bouche une feuille de branchiflore. Rosa savoura le silence qui régna un instant avant de les imiter. Elle détestait l'apparence que cette plante leur donnait, mais bien qu'elle soit douée pour la nage, elle était incapable de tenir plus de deux minutes en apnée.
Le knörr s'enfonça brusquement dans l'eau.

Des branchies apparurent, ici et là. Les petits monstres se changèrent en petits monstres aquatiques. Plus laids qu'à l'habitude.
A plusieurs centaines de mètres, l'oeil droit de Rosa découvrit une silhouette. Une seule. Longue. Dotée d'une queue. Et de bras. La gorge de la Heill se noua ; fébrilement, elle rangea l'ocarina dans une poche intérieure de son manteau, posa ses doigts sur le manche de la dague qu'elle portait à la ceinture, et tira la lame. Lentement. Silencieusement. Terrifiée, elle s'amusa tout de même de l'inutilité de son arc dans un tel environnement. De retour à Dürmstrang, elle chercherait un moyen de contourner ce petit problème.
De silhouette, il n'y en avait eu qu'une seule, de silhouette, il n'y en avait plus.
Sa dague toujours en main, elle attendit patiemment qu'ils remontent à la surface. Ses palmes s'évanouirent à l'instant où elle rengaina.
Personne n'avait paniqué. Personne n'avait rien vu. Sauf elle. Y'avait-il seulement quelque chose à voir ?
Trempée jusqu'aux os, elle était bien contente qu'à plusieurs mètres sous terre, la température ambiante n'avait rien à voir avec celle régnant impétueusement à la surface ; elle aurait gelé en quelques secondes.
Sa main droite tâtonna son flan droit, s'assura de la présence de l'ocarina, de la dague, puis de l'arc accroché dans son dos. Les flèches. Elle avait oublié les flèches. Quelle idiote.
Rosa attendit que le bateau ait fini de vomir ses élèves sur les quais avant de rechercher un visage familier. Peut-être trouverait-elle sa mère accompagnée de Nasrin, toutes deux émerveillées devant des bijoux présentés sur l'étal d'un marchand itinérant. Peut-être apercevrait-elle Rolf, une corne de jòlaöl à la main, suivie de trop près par Kaja.
Elle jeta un oeil vers les autres navires qui noyaient la berge sous une marée de tonneaux d'alcools. Pas de Lennart non plus ; il discutait certainement avec un autre bonimenteur.
Un soupir lui échappa.
Elle bondit par-dessus la rambarde. Vit son père, au loin ; discutant avec un ivrogne estropié. Surprise, Rosa manqua de trébucher en atterrissant sur la rive. Agréablement surprise.
La Heill tenta de se frayer un chemin parmi les brutes qui fourmillaient, dépassa une tête rousse, une deuxième, se glissa entre une petite brune qui lui sembla familière, esquiva de peu les gestes brusques d'une blonde. Elle détestait la foule. Elle accéléra. Et percuta un torse assez violemment. Elle se mordit les lèvres en posant sa main sur son front endolori.
Elle releva la tête, et croisa du regard le malavisé. Bartram Oddi. Entouré de sa clique d'incompétentes.
Pendant une demi-seconde, Rosa se demanda s'il trompait également sa femme avec les amies de sa fille. D'après ce qu'en disait son propre père, il en était assurément capable.



" What's a mob to a king ?
What's a king to a god ?
  What's a god to a non-believer
     Who don't believe in anything ? "


Dernière édition par Rosa Heill le Dim 29 Déc - 16:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits : Undomiel
Ici depuis le : 27/10/2013
Messages : 65

Statut : Tisseuses du destin
Points : 152

(#) Mer 25 Déc - 5:30



Enfin l'hiver, enfin Jól
Mörsugur (21 décembre 1295)



Le Corbeau qui Louche, 17 décembre 1295

Quelques guerriers au Corbeau qui Louche, quelques chopes de öl abandonnées sur les tables bancales. Ils étaient à quelques jours de Jól seulement et la bataille de la veille, venant de la Rose de Fer, avait bien fait rire les clients réguliers de l'endroit. Ici, la bataille était chose commune et personne n'avait besoin de s'échauffer réellement les esprits que quelque chose éclate. Le tavernier, appuyé contre le comptoir et aiguisant pensivement la lame de sa dague, se redressa quand la porte de la place s'ouvrit avec force. Dans la lumière glauque de la nuit, la silhouette de Grim se détachait. Son pas lourd le porta jusqu'au comptoir, où une chope de öl l'attendait déjà. Il n'était peut-être pas de sang pur, mais il venait rarement à l'esprit de ceux qui le connaissaient de le faire attendre. L'homme prit une longue gorgée du breuvage frais, jusqu'à vider complètement la chope, et la reposa sur le comptoir bruyamment. « L'est arrivé ? La tavernier soutint son regard, avant de remplir à nouveau le contenant d'öl. Pas encore. » Un grognement souligna sa réponse, avant que la porte s'ouvre à nouveau. Sur la personne que Grim attendait.

Un capuchon cachait le visage de l'autre, qui s'assit à une table à l'écart. Le tavernier servit une autre chope, que Grim empoigna pour aller s'asseoir devant son rendez-vous de la nuit. Pas un sourire sur le visage du capitaine du Munin.

« Tout s'ra prêt pour Jól ? Oui. On fera ça quelques heures après le blot. Ce sera le moment où le knörr de Dürmstrang fera surface dans le port. Tout sera parfait. Un silence. Nous serons plusieurs. » Eux. Les sang purs. Ceux qui étaient de leur côté. Grim prit une autre gorgée de sa öl. Eux aussi seraient plusieurs. Ils seraient tous là, éparpillés, prêts à passer à l'attaque. Leur plus grand coup, sans aucun doute, le premier d'une longue série. Si celui-ci ne suffisait pas à convaincre... ils récividiveraient.
Et ce serait pire.
Grim réussit à capter le regard de l'autre, dont les traits étaient à peine discernables dans l'ombre de son capuchon. « Si ça merde, j'te règle ton cas. » Plus qu'une menace, c'était une promesse, à laquelle l'inconnu hocha la tête. Inutile d'aller contre ça. Grim n'était pas le sorcier le plus terrifiant, ni le plus redoutable des mers scandinaves, mais il savait se montrer persuasif.



Folker s'était éloigné de la place publique, après avoir croisé Asa et Finna, pour se rendre sur les quais souterrains. Un sourire étirait ses lèvres. Ce soir, il se l'était juré, il allait faire craquer Asa. Ceci dit, ce serait après avoir aidé les différents bateaux fraîchement arrivés à jeter les amarres. L'an dernier, aucun capitaine n'avait voulu le prendre à son bord, mais il avait pris du muscle, cette année, et il était certain que son moment était enfin arrivé. Le viking resta quelques secondes à fixer le bateau de Dürmstrang, nostalgique de cette période tant aimée. Et quand il baissa la tête, ce fut pour voir un visage dans l'eau. Un visage de femme, une femme magnifique, entièrement trempée. Elle devait être tombée du quai. Trop de öl, tout le monde sait ce que ça fait... « Vous êtes tombée ? Avez-vous besoin d'aide ? » Folker tendit sa main à la jeune femme, qui lui tendit sa propre main, fine et délicate. Avant de le tirer à l'eau, avec une force surprenante. Une eau qui se teinta de rouge.

Le cor d'Heimdall résonna dans tous les souterrains – avant d'être suivi par un cri d'homme, paniqué, qui fut seulement entendu dans le port : « MARGYGRS DANS LE PORT ! »



Elle l'avait mordu, la salope ! Folker réussit à attraper la dague cachée dans sa botte et à la planter dans le bras de la margygr, qui le lâcha sur le coup, lui permettant de se hisser à nouveau sur le quai, aux pieds d'Asta Raudi. Trempé de la tête aux pieds, le bras salement endommagé, il se releva, se plaçant devant les jeunes élèves derrière lui. Pas question de finir comme Ingmar Freknur... Un signe de tête pour saluer la sang pur, un réflexe qui lui permit d'aviser une jeune fille aux longs cheveux sombres tomber à l'eau. « Restez bien au centre du quai ! » Ha oui. Très utile, Folker, quand des margygrs tentent de vous attraper les chevilles et que des péquenauds enragés vous bousculent.



Rosa l'avait senti : attaque de margygrs ! Après tout, cela fait au moins deux semaines qu'il est indiqué sur la PA que des créatures avaient été aperçues dans le Skagerrak :smile:Cette attaque, loin d'être fortuite, vous fait entrer dans ce qui va rythmer Ginnungagap pendant une période indéterminée, soit la révolte des sang-mêlés. Pour plus d'informations à ce sujet, rendez-vous dans l'Edda qui parle des sang-mêlés. Quant à Grim, ce charmant PNJ plein de haine, vous pourrez en retrouver la description dans le répertoire des PNJ.

Puisque vous êtes encore sur les quais, il est difficile de s'éloigner, les vikings paniqués et partant à la bataille se pressant autour de vous. Par un mauvais coup du sort, Elfi Öfugr tombe à l'eau et on vous conseille vivement de la sortir de là avant qu'une margygr décide d'en faire son propre sacrifice de Jol. D'autres élèves tentent de débarquer, avec problèmes, dont Solveig et Elin Raudi, mais elles ne sont pas en danger, pour le moment.

Ce tour de jeu durera jusqu'au 29 décembre; vous pouvez poster aussi souvent que vous le désirez ! Nous vous conseillons des messages plutôt courts, mais évidemment, c'est à votre discrétion. Si, le 29 décembre, nous considérons qu'il n'y a pas eu assez de réponses, la suite sera postée le 30 décembre (mais ne prenez pas ça pour du beurre non plus, répondez dès que vous pouvez).

gif ©fyeahvikings
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Pseudo : Lyn
Crédits : Arté & Tumblr
Avatar : Rose Leslie
Ici depuis le : 19/11/2013
Messages : 133

Âge du personnage : 25
Ascendance : Sang-pur
Statut : Exploratrice, combattante, commerçante itinérante, aussi.
Particularités : Hein? C'est quoi ça?
Dédoublement de personnalité : Silke la Sauvage
Points : 35

Feuille de personnage
LOCALISATION : Quelque part au fond du Noregr, ou sur un knörr
JE COMPÉTITIONNE POUR : Skuli
INVENTAIRE :

(#) Mer 25 Déc - 8:34

Les filles venaient à peine de débarquer, et il ne fallut pas longtemps à Asta pour voir s'avancer son oncle, Bartram Oddi, au milieu de la foule ; difficile de le louper avec sa carrure. Elle lui rendit son étreinte en lui épargnant une boutade devant sa fille, elle appréciait trop Sigrid pour rappeler à Bartram qu'il n'avait pas trop intérêt à aller batifoler ailleurs ce soir si Asta Raudi était dans le coin. Elle se contenta d'hocher la tête avec un grognement quand Bartram affirma qu'il fallait encore attendre avant d'aller à la taverne ; pas qu'elle ne voulait pas voir sa famille, elle n'avait juste pas envie d'attendre près des quais, pendant des plombes. Mauvais pressentiment, et tout ça. Matilda les rejoignit bientôt, et Asta retrouva son sourire en serrant la main de sa tante. « Je ne change jamais, ma tante ! Mais avec plaisir, on a toute la soirée pour parler. » Elle ne pouvait nier que sa curiosité était piquée par la remarque de la Raudi. Elles partageaient cette passion des étoiles et surtout du voyage depuis longtemps, et la jeune femme ne pouvait s'empêcher de se demander si celle qui enseignait l'astronomie n'avait pas fait quelques découvertes intéressantes à propos des parchemins qu'elles recherchaient toutes deux.

Dita Utanlands, aussi piquante que d'habitude, gratifia Matilda d'une remarque plutôt bien trouvée qui fit rire Asta sous cape. Ce n'était pas parce qu'elle aimait sa tante qu'on ne pouvait pas se jouer d'elle et de ses inquiétudes légendaires. La Raudi eut à peine le temps de voir passer une tête brune qu'un cri résonna dans le port, ainsi qu'un second. Fronçant les sourcils, elle tenta de se dresser pour pouvoir apercevoir par-dessus la foule ce qu'il se passait. A ses pieds, la réponse ne tarda pas à se faire connaître, suivant de peu le cor d'Heimdall et l'annonce du danger. « Folker? » Asta se pencha pour l'aider à se tirer de l'eau et à se redresser ; son bras était en sein, la margygr ne l'avait pas loupé. « Manquait plus que ça... » Elle s'apprêtait à reculer, poignard à la main, lorsque le regard de Folker pour l'eau lui dévoila une tête qu'elle venait de voir passer ; une tête qui n'était pas celle d'une margygr, quoiqu'on eut pu se poser des questions.

Sans vraiment réfléchir, Asta défit son manteau et le laissa entre les mains de Sigrid. « La gamine Öfugr est à l'eau. » Et si plonger au milieu des margygr ne semblait pas l'effrayer outre mesure,  ses sourcils froncés signalaient à merveille sa contrariété. Elle ne laissa pas franchement le temps à sa cousine, ou même à son oncle ou sa tante de réagir ; elle plongea. Si Asta était réputée téméraire, voire inconsciente, ce n'était pas ce soir que sa réputation allait s'adoucir. Elle commença à nager, tentant de rejoindre Elfi; un miracle, une Raudi tenant de sauver quelqu'un et non de lui cogner dessus. Et un miracle qui n'arriverait pas deux fois, surtout si elle n'échappait pas aux crocs de magygrs qui venaient de se planter dans son mollet.


“ All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost; the old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, a light from the shadows shall spring; renewed shall be blade that was broken, the crownless again shall be king.” Tolkien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


(#) Mer 25 Déc - 18:07

Je me retrouve en famille ou presque. J’adresse quelques mots à chacun.  Je souris à ma nièce, Asta. Cette petite a tellement changé, elle est devenue une femme. Une rose blanche  dans notre jardin des Raudi. Elle me réplique.

Matilda – Je l’espère bien ma nièce. En effet, mon enfant. Nous avions tout le temps.

La petite Dita me répond, je la regarde sans rien dire.  Puis, je fronce le regard en serrant mes poings.  Quand le trio était divisée, une harmonie règne mais quand elles formaient un tout, c’était presque une anarchie voir un chaos. Elles pouvaient déplacer les montagnes. Ah ces filles … Je ne réponds pas encore à la jeune demoiselle, que dire ? Rien pour l’instant. Je prends une bonne respiration et je lui réponds d’une voix douce « Dita, tu ne changeras jamais, ma chère enfant.  Mais en tous cas, profites de tes vacances … ». Une Heill arrive, Rosa. Un calme règne, une sensation froide, aucunes paroles ne sont sorties de nos bouches. Puis, un bras se trouve sur le sol. Je  me recule. Par la suite, une annonce est faite, des  magyrgr sont là.  Une peur se fait ressentir, j’ai peur de ces créatures, depuis toujours. Je regarde Asta qui est en train d’aider Folker, ce dernier a un bras qui est amoché . Pauvre homme … Ma nièce plonge dans l’eau avec des magyrgr. Une peur ne me quitte pas,  j’ai si peur pour elle, qu’il lui arrive quelque chose. Je ne sais pas quoi faire ni quoi dire. La peur me tenaille, je ferme les yeux et en espérant que les deux jeunes filles sortent saines et sauves.  Je posai ma main sur l’épaule de Dita après avoir ouvert les yeux, comme un geste protecteur. Un geste maternel.  Que faire maintenant ? Je regarde mon beau-frère. Que pouvons-nous faire pour tirer les filles de cette eau remplis d’êtres malfaisantes ?  Je passe ma main dans mes cheveux  avec nervosité. Je regarde mes autres nièces et j’enlève mon châle. Ceci pourra réchauffer Elfi et ma nièce quand elles sortiront. Quand ?  Je me ronge les ongles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GAGNANTE DÜRMSTRANG • Décapiter pour gagner des points, c'est mon métier

Pseudo : silverthorn
Crédits : Avatar : Insuline | Signature code broadsword. et image Tumblr
Avatar : Ellie Kendrick
Ici depuis le : 18/11/2013
Messages : 216

Âge du personnage : 16 ans
Ascendance : Sang pur
Statut : Dürmstrang
Particularités : Potionniste experte ● Fille unique de Bartram et Sunhilda Oddi ● Membre du trio infernal ● A perpétué la tradition Raudi en cramant le Labyrinthe ● A le beguin pour Kris Jarnsida ● A peur des trolls ● Compte bien monter un orchestre pour faire la teuf dans la ferme de Siri.
Dédoublement de personnalité : Aska la Viking en kilt & Brunhild la Lycanthrope
Points : 68

Feuille de personnage
LOCALISATION : Dürmstrang.
JE COMPÉTITIONNE POUR : Dürmstrang !
INVENTAIRE :

(#) Mer 25 Déc - 19:45

Incroyable, elle ne croyait pas si bien dire. A des lieux de voir la menace qui planait sur leur épaule, Sigrid laissa un sourire fier naître sur son visage alors qu'Asta attestait de sa rapide croissance.  Elle secoua la tête quant à la présence d'Elin et Solveig mais nul doute qu'elles les rejoindraient bientôt. Les filles Raudis étaient plus des sœurs que ses cousines et Sigrid ne doutait pas une seconde qu'elles passeraient Jól ensemble à écouter les histoires de son père et de Dagmar comme au bon vieux temps. Sa remarque sur Dürm raviva son sourire. Par où devait-elle commencer ? Par les expéditions du trio infernal, par sa complicité dans les piéges les plus foireux les uns que les autres qu'elle élaborait avec Solveig pour piéger Finnr et Kris ? Tiens d'ailleurs elle ne les avait pas vu non plus ses deux là. « Oh tu ne sais pas ? Il y a un Draugr qui erre à Dürmstrang, on l'a croisé une nuit dans le château... » ou on était encore en train de faire le mur. La gamine s'était tue à l'arrivée du paternel, histoire de ne pas se griller et elle lui rendit son étreinte avec amusement. Il lui avait manqué, vraiment et elle s'en rendait d'autant plus compte maintenant qu'il était de retour. Solveig et elle avaient également fait des paris quant à savoir si son père aurait ou non une barbe à son retour. Solveig remportait ce pari là.

Le regard de son père se porta sur ses amies et Sigrid se mordilla la lèvre. Ils n'appréciaient pas des masses qu'elle fréquente Dita dans la famille, même s'ils n'avaient jamais rien dit et Sigrid apprécia sincèrement que son père se préoccupe de ses amies. « Silja, Frida et Vilma sont là ce soir ? Et où est passée maman ? ». Sigrid s'attendait à ce que sa mère soit dans le sillage du capitaine viking mais sans doute avait-elle été retenue par une quelconque connaissance. Peu importait, elle la verrait sans doute plus tard. Matilda les rejoignit, l'ébouriffant au passage ce qui lui lui valut une moue boudeuse totalement simulée et bientôt remplacée par son sourire euphorique. A son tour elle s'intterrogea sur l'absence de sa mère, quant à sa deuxième question c'est Dita qui se chargea de lui répondre toute en subtilité et en finesse. Sigrid fronça les sourcils en lui lançant un « T'abuses » télépathique. La Oddi était tellement heureuse de retrouver les siens qu'elle ne s'était pas rendue compte que Dita broyait du noir à l'idée que ce ne serait pas son cas. S'excusant du regard, elle ajouta à l'adresse de son père. « Elles viennent avec nous, de toute façon grand-père et Thormund Öfugr doivent être en train de se raconter leur combat passé autour d'un pichet de bière ! ».  
Ce fut également le moment ou Rosa Heil choisit de se prendre son père en pleine figure. En parlant du duo Thormund/Waldermar.... Le père de Rosa, Jarl Heil n'était pas franchement en bon terme avec les vieux vikings quant à sa mère Carina, Sigrid ne l'avait vue qu'une foi mais la Dame ne semblait pas non plus enclin à enterrer la hache de guerre avec les siens. Ne sachant pas vraiment comme réagir à sa présence, Sigrid jeta un coup d’œil vers Dita et Elfi jusqu'à voir un type ensanglanté émerger de l'eau au pied d'Asta. L'instant d'après ce fut le chaos. Margygrs.

« MARGYGRS DANS LE PORT ! » Pas une seconde Sigrid avait senti le vent du Wends souffler. L'instant d'après les élèves tentaient de filer vers les galeries souterraines, loin de ces garces aquatiques. Par réflexe, Sigrid avait dégainé sa dague avant même que son palpitant ne s'emballe. Elle du jouer des coudes pour ne pas finir à l'eau, chance que n'eut pas son amie amatrice de dragon qui perdit l'équilibre pour atterrir dans l'eau sombre. « ELFI ! ». Réagissant plus vite, Asta lui abandonnait déjà son manteau pour sauter à sa rescousse. Lançant le manteau à Matilda qui commençait à se bouffer les ongles Sigrid attrapa une corde avant de lancer l'autre extrémité à son père et de plonger à son tour dans l'eau, remâchant au passage un brin de branchiflore. Sous l'eau, elle vit la margygr accrochée à la jambe d'Asta et Sigrid nagea jusqu'à elle pour lui décocher un coup de poignard. Il était hors de question que ces saloperies aient cette Raudi là.


    wisdom
    A man must be big enough to admit his mistakes, smart enough to profit from them, and strong enough to correct them.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Pseudo : Palo
Crédits : Arté
Avatar : Abigail Breslin
Ici depuis le : 19/11/2013
Messages : 101

Âge du personnage : 16 ans
Ascendance : Sang pur
Statut : élève à Dürmstrang - cours après le Draugr, cherche des passages secrets, et globalement, fout la merde sans se faire prendre (le talent, mes amis, le talent)
Particularités : Métamorphomage, mais de piètre qualité. Alors pour compenser, elle utilise une potion dérivée du polynectar pour faire illusion.
Points : 15

(#) Jeu 26 Déc - 14:01

L’atmosphère était calme, pour le moment. Dita sourit à Matilda, tout en tentant d’identifier les nombreux membres des familles Raudi et Oddi. Elle avait déjà du mal avec ses cousines Lokabrenna, alors les autres familles… Elle avait repéré néanmoins que la mère de Sigrid n’était pas là. Quand aux autres membres présents, elle décida que de toute façon, ils n’étaient pas mariables avec Elfi, donc pas intéressants. Elle en était là de ses réflexions, lorsque le cris déchira l’air « MARGYRS ! »

Margyrs. Elle en resta paralysé quelques instants, puis, en quelques instants elle eu le temps de voir dans le chaos généralisé que Elfi, son Elfi, venait de glisser à l’eau. A l’eau avec des Margyrs. Asta et Sigrid y était déjà. Les mains tremblantes, Dita attrapa sa dague. Elle ne pouvait pas laisser les laisser seules avec des margyrs. Et surtout, elle ne pouvait pas laisser Elfi là dedans, en danger, prête à se faire bouffer par une de ses saloperies aquatiques. Son cœur battait vite, très vite. Elle avait peur. Peut être pour l’une des premières fois de sa vie. Ce n’était pas le labyrinthe de Dürmstrang. C’était sérieux. Et l’une d’entre elles allaient peut être crever. Restait juste à espérer que Dita crève à la place d’Elfi. Lorsqu’elle sauta dans l’eau froide, le souvenirs lui revint en tête.

Elle venait juste de rencontrer Elfi, qui était sortit du labyrinthe quelques minutes après elle. Elles s’étaient mutuellement félicitées, fières d’elles même, de leurs performances, d’être les premières à être sorties. Puis elles avaient parlées des différentes épreuves qu’elles avaient affrontées, Elfi déplorant l’absence de dragon. « Putain, heureusement qu’il y a pas de lacs dans ce putain de labyrinthe » avait soupiré Elfi. « Pourquoi ? » « T’imagine ? Ils auraient pu foutre des Margyrs dedans ! A ce compte là,c eci dit, il n’y aurait plus eu d’élèves à Dürmstrang… » « Bah… ca peut s’affronter les Margyrs. Et se tuer. Au Groënland, parfois, y’en a qui se font emprisonner dans de la glace, et quand la glace fond, elles reviennent, encore plus forte. Une année, il paraît que mon père en a tué une. Même si il a faillit y crever. » « Reste que je préfèrerai éviter de me faire bouffer par une Margyr. »

L’eau avait envahit ses poumons, et elle remonta pour prendre de l’air. Sous l’effet conjugué de la peur et de l’adrénaline, la potion qui maintenait son don de métamorphomage avait vu ses effets annulé, et dévoilait son visage normal, que d’ordinaire elle réservait à ses proches. Derrière elle, Matilda fixait un regard angoissé sur sa nièce et son élève. Devant elle, Sigrid avait eu l’intelligence de bouffer un peu de branchiflore. Dita se traita mentalement de crétine, mais osn analyse s’arrêta là. Les margyrs étaient partout. Elle en sentit une près de son bras, et elle planta sa dague en pleins dedans, nageant afin d’échapper à la bestiole en colère. « Sigrid » halèta-t-elle, alors qu’elle arrivait près de son amie. « DERRIERE TOI ! » Encore une de ses saloperies, mais Dita eu le temps de lui balancer un coup de dague maladroit, qui l’éloigna néanmoins de Sigrid, suffisament pour que celle-ci puisse nager hors de sa portée. Et c’est à ce moment là que Dita sentit la… machoire ? Truc coupant ? Saloperie ? de la margyr en colère qui lui attrapait le bras. « SIGRID ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Pseudo : Sedna
Crédits : Avatar : Arté; signature : Silver Lungs
Avatar : Hailee Steinfield
Ici depuis le : 18/11/2013
Messages : 398

Âge du personnage : 16 ans
Ascendance : T'as vu mon nom et tu poses la question ? Sang-pur
Statut : Dürsmtrang ftw. Courir après le draugr et le trésor qu'il cache en compagnie de Sigrid et Dita (t'imagine, il cache un oeuf de dragon, c'est possible, ça?)
Particularités : Elfi aime les dragons. Elle parle dragon, mange dragon, rêve dragon.
Presque.
Dédoublement de personnalité : Sigyn
Points : 15

Feuille de personnage
LOCALISATION : Dürmstrang
JE COMPÉTITIONNE POUR : Dürmstrang
INVENTAIRE :

(#) Sam 28 Déc - 17:41

    Elfi aimait bien Jòl, c'était toujours le moment de se retrouver dans une ambiance détendue et d'aller vaquer à diverses occupations mais sans être limitée à l'enceinte de Dürmstrang. Bien sûr, il fallait faire plus attention, surtout quand Thormund Öfugr se baladait dans le coin. Elfi se doutait bien que son grand-père n'apprécierait pas franchement les activités auxquelles sa petite-fille et ses amies s'adonnaient (déjà qu'il n'aimait pas beaucoup lesdites amies et surtout les familles dont elles venaient...). Tout en gardant un œil sur son petit frère durant la traversée, Elfi s'était surtout employée à dérider -en vain- Dita qui semblait s'entraîner pour faire concurrence à son grand-père et à son amabilité légendaire.

    Puis, comme tous, une joyeuse allégresse s'empara de la jeune femme alors que le quai de Sulki apparaissait dans l'horizon.

    Bientôt, dans une pagaille sans nom, tous les étudiants de Dürmstrang descendirent pour rejoindre leur famille qui les attendait sur le quai. Les embrassades fusaient de part et d'autres, parents et enfants heureux de se retrouver. Accompagnée de Dita, elles suivirent Sigrid qui se jeta dans les bras d'une de ses cousines (Elfi ne savait pas trop combien les Raudi-Oddi étaient en tout ni quels étaient les liens qui les reliaient les uns aux autres, mais d'un avis commun avec Dita, ça faisait vraiment beaucoup !).
    « J'espère qu'ils auront vite finit leurs embrassades !
    - T'es parfaitement ridicule, tu le sais ça, Dita ?
    - Je t'emmerde, Elfi. »

    Cette dernière répondit par un sourire à son amie, bien consciente que Dita n'aurait pas de retrouvailles joyeuses, elle. Ses parents ne viendraient pas et si elle croisait son frère... Mieux valait ne pas imaginer cette éventualité.

    Le petit groupe fut rapidement rejoint par Matilda Raudi. Elfi aimait bien leur professeur, mais la trouvait bien trop maternelle par moment et surtout, Elfi ne savait pas trop ce que cette dernière connaissait ou non de leur escapade, ce qu'elle gardait pour elle et ce sur quoi elle fermait les yeux. Et quand Dita lui répondit à la limite de l'insolence, la jeune Öfugr enfonça sans pitié son coude dans les côtes de la Utanlands en lui faisant de gros yeux. En plus, devant le père de Sigrid, cette honte... ! Quand on parlait de lui d'ailleurs, celui-ci s'adressa à Elfi et Dita qui squattait toujours les retrouvailles de famille.

    « Je rejoins ma tante et mon grand-père plus tard » fit Elfi, devançant Dita pour l'empêcher une autre bourde. Elle observa un instant le père de Sigrid, sans rien dire, se demandant simplement qui avait-on insulté cette fois pour qu'il se batte... Ou qui il avait attiré dans son lit – il n'y avait que Sigrid pour continuer d'ignorer avec application les tromperies de son père, tout le monde savait que la fidélité n'était une des principales qualités de Bartram Oddi.

    Et puis tout alla très vite.

    Un gars couvert de sang sortit de l'eau, leur cria de rester au centre du quai tandis qu'un hurlement annonçait des Magryrs dans le port.

    Et elle se retrouva dans l'eau.

    La première pensé qui lui vint à l'esprit était qu'il faisait diablement froid. Et sombre aussi. Et puis elle vit la créature et son palpitant, déjà malmené s'emballa encore plus. Elfi battit des pieds pour regagner la surface. Pas suffisamment folle pour espérer pouvoir regagner le quai, mais juste pour prendre une bouffée d'air qui l'aiderait là-dessous. Parce que sous l'eau, c'était déjà la pagaille : Asta et Sigrid venait de plonger, suivit de Dita.

    Elfi prit une grande inspiration avant de retourner sous l'eau, sa longue dague effilée dans la main. Pourquoi ces satanées bestioles n'avait pas prêté attention à elle quand elle était tombée, c'était une bonne question, sur laquelle il faudrait se pencher plus tard néanmoins. Mais au moins, cela permit la jeune Öfugr le luxe d'un petit effet de surprise quand elle trancha d'un geste sec la gorge de la créature qui s'en prenait à Asta – bestiole qui venait aussi de se prendre un coup de lame de la part de Sigrid. D'un coup de pied, Elfi éloigna le cadavre sanguinolent de la Raudi avant de constater que Dita était aussi au prise avec une Magryrs, mais aussi et surtout que ces bestioles arrivaient de n'importe où, sûrement attirées par l'odeur du sang.

    Et il faisait foutrement froid et sombre, là-dedans... et on manquait d'air aussi.


Dragon y es-tu ?


Coucou  :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN • Bourrin infidèle

Pseudo : Arté
Crédits : ©Rosieslullaby
Avatar : Richard Armitage
Ici depuis le : 22/10/2013
Messages : 820

Âge du personnage : 40 ans
Ascendance : Sang-pur
Statut : Capitaine de la Pute borgne, un langskip sympathique
Particularités : Jumeau de Silja Oddi. L'infidélité incarnée.
Dédoublement de personnalité : la sale mioche (kirsten vondr)
Points : 85

Feuille de personnage
LOCALISATION : Skuli, quelque part dans le port
JE COMPÉTITIONNE POUR : Skuli
INVENTAIRE :

(#) Dim 29 Déc - 1:04

Tout allait bien, les gens étaient heureux de se retrouver, embrassades et paroles affectueuses se succédaient. Autour d'eux, tout était beau, tout était joli, tout était calme. Enfin, aussi calme que peut être le lancement de Jól, bien sûr. A la question de Matilda, Bartram répondit en souriant et en repensant à la nuit précédente avec son épouse : « Elle est à la Rose de Fer, on s'est dit qu'on s'y retrouvait quand j'aurais récupéré la merveille de Midgard. », expliqua-t-il en tapotant l'épaule de Sigrid qui risquait tôt ou tard de le dépasser. Son sourire se mua en éclat de rire sonore à la réponse de Dita Utanlands : cette sale gosse n'avait pas la langue dans sa poche. Il haussa les épaules, l'air de dire que ça ne changeait pas grand chose aux habitudes familiales… Et puis un truc lui heurta le torse : cheveux noirs, œil sombre… la dernière des Heill l'observait.

Pas le temps non plus de l'observer indéfiniment en retour, puisque les événements s'accélérèrent sans qu'il ne puisse les en empêcher. Le temps des formalités était passé, c'était désormais l'heure de la castagne. Cet imbécile de Folker Fjora avait voulu un jour monter sur la Pute Borgne mais Bartram lui avait gentiment fait comprendre qu'il voulait des hommes, pas des freluquets. Bref. Et la petite-fille de Thormund Öfugr était tombée à l'eau, attrapée par une garce aquatique. Asta réagit au quart de tour, suivie de près par Sigrid et Dita Utanlands. À croire que tout le monde voulait mourir. Bartram, voyant sa fille sauter à l'eau, l'aurait sans doute suivie dans la seconde si elle ne lui avait pas mis une corde dans les mains. Pas de temps à perdre : il attacha la corde à un des piliers du quai, sortit sa hache et se plaça devant Matilda Raudi, sa belle-sœur. Il y avait du mouvement dans l'eau, et Bartram n'attendit plus longtemps. Ordonnant à la corde attachée de tirer (et traçant rapidement dans les airs Thurisaz histoire de renforcer la corde qui devait tirer un certain poids), Bartram enfonça sa hache dans la tête d'une margygr qui tentait d'attraper ses jambes. Ça détendait. Pour un temps.
Le palpitant qui tambourinait à toute allure, Bartram revint à la corde que Sigrid devait tenir à l'autre bout… et trouvant que tout était trop lent, il lança sa hache à Matilda, avec précision et dextérité, de sorte qu'il aurait fallu qu'elle soit aussi douée qu'un scalde pour ne pas la rattraper. « Protège la Heill ! Je reviens ! »
Et il plongea.

L'eau l'accueillit, glacée et mordante. Mais qu'à cela ne tienne. Une lame courte dans la main droite, il atteignit assez vite le groupe qui l'intéressait. Une margygr était morte et son sang rougissait l'eau autour d'eux. Une autre avait attaqué la jeune Utanlands et fut égorgée par Bartram. Il y en avait de plus en plus. Sa tête émergea de nouveau de l'eau et il put voir, près de lui, les quatre jeunes filles qu'il était venu chercher. Et au loin, Matilda, Rosa Heill, et d'autres sur le quai. « Asta, Dita, vous êtes encore capables de vous battre ? Si non, mettez-vous au centre. Ne leur tournez pas le dos et faites attention à vos jambes. »
Des margygr à Skuli. C'était impossible. Impensable. Quel était l'immonde braell qui avait brisé les protections runiques ? Bartram, tout imbécile qu'il était, se doutait que ça n'était pas fini, et voyant les margygr autour d'eux commençait à se demander comment ils allaient s'en sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Pseudo : Adri - Ad Gloriam
Crédits : Mocking Jay
Avatar : Isabelle Fuhrman
Ici depuis le : 18/11/2013
Messages : 183

Âge du personnage : Quinze ans
Ascendance : Sang Pur
Statut : Étudiante
Particularités : Fille de Jarl. Ewai.
Points : 15

Feuille de personnage
LOCALISATION :
JE COMPÉTITIONNE POUR :
INVENTAIRE :

(#) Dim 29 Déc - 16:47

La fête s'enflamma par un premier cri. Rapidement suivi du vrombissement d'Heimdall.
Margygrs.
Rosa n'avait pas rêvé. C'est bien l'une de ces bêtes immondes qu'elle avait aperçu sous l'eau. Un frisson lui parcourut l'échine.
Un être se hissa en dehors de l'eau, le bras sanguinolent. Et s'il possédait une queue, elle ne remplaçait pas ses jambes. Rosa recula. Fébrilement, elle s'empara de sa dague. Son génie pour le maniement des lames n'étant pas encore au goût du jour, elle devait se défendre autrement. Il lui fallait ses maudites flèches.
Un sourire étira ses lèvres ; les Nornes s'amusaient d'elle.
La silhouette d'une jeune fille s'évanouit sous ses yeux. La petite Ofügr. Véritable hymne à la bravoure des Raudi, Asta se jeta dans l'eau. Téméraire, indomptable, courageuse. La voix de son père résonna en elle : stupide. Aussi stupide que la tripotée d'adolescentes qui la suivirent sur le terrain de jeu des margygrs.
Se déplaçant à pas de chat, Rosa analysait son environnement. La foule horrifiée s'agitait dangereusement sur le quai. Agacée par cette masse en ébullition, la Heill bondit sur un coffre lâché par un marin pour prendre un peu de hauteur. Son regard s'arrêta sur un homme. Debout sur une passerelle reliant un knörr à la berge, il avait dégainé son arc et tirait sur les ombres qu'il apercevait dans l'eau.

Protège la Heill ! Je reviens ! cria l'héritier Oddi.

Cette remarque lui arracha un rire nerveux. Comptaient-ils obtenir une récompense en sauvant la fille du jarl ? Ou peut-être avaient-ils une dette à payer. Cela importait peu; Rosa ne se sentait pas en sécurité avec une professeure d'Astrologie.
Bousculée par un vieil homme, elle glissa, se réceptionna, sentit des doigts se refermer sur sa cheville qu'elle se hâta de tirer vers l'avant pour éviter les crocs d'une margygr.
Dans un même mouvement elle tira la manche de Matilda, se glissa dans son dos, s'écarta de la menace avant de courir vers la passerelle. L'idiot gaspillait ses flèches. A peine fut-elle à ses cotés qu'une mâchoire carnassière se referma sur l'archer. Douleur et surprise se mêlèrent ; l'eau l'avala entièrement. Ou presque.
Rosa tirait de toutes ses forces sur la main de l'inconnu qui ne cessait de geindre. Elle ne pouvait pas le sauver et si elle ne le lâchait pas, elle finirait elle aussi par se faire dévorer vivante.
Mais il lui fallait les quelques flèches qu'elle apercevait dans le dos du condamné. Elle ne pouvait le sauver de la noyade et lui voler ses flèches en même temps.
Un poignard coupa court à toute interrogation. La lame de Rosa cloua la main de l'étranger à la passerelle lui accordant les précieuses secondes qu'elle désirait.
Elle se pencha au-dessus du mourant, vit plusieurs margygrs s'agiter sous lui, s'appropria les quelques flèches, se redressa, s'équipa de son arc, arma une flèche.
Les os se brisèrent, la chaire se déchira. La main déchiquetée accompagna son propriétaire jusqu'au fond du lac. Il disparut. Et laissa pour seul souvenir de son existence une flaque de sang dans laquelle baignait le coutelas de Rosa.
Rosa n'avait jamais vu la mort d'aussi près.
Elle rangea son arme à sa taille et, ne possédant pas de carquois, se contenta de garder les précieuses flèches dans sa main droite. A toute allure elle rejoignit Matilda. La margygr qui lui faisait face n'était plus là. Vivante, morte, Rosa n'en savait rien, et n'avait pas le temps d'y réfléchir. Untanlands, Ofügr, Oddi, Raudi pataugeaient joyeusement dans l'eau. Une ombre.
Son souffle se figea. Ses doigts encombrés pas les flèches tirèrent la corde de son arc jusqu'à sa joue.
Un trait noir fusa. Et vibra en se fichant dans le crâne d'une bête. Mortel.
Sous les yeux de Sigrid, la créature coula comme une pierre.



" What's a mob to a king ?
What's a king to a god ?
  What's a god to a non-believer
     Who don't believe in anything ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits : Undomiel
Ici depuis le : 27/10/2013
Messages : 65

Statut : Tisseuses du destin
Points : 152

(#) Mar 31 Déc - 9:07


 
 
Enfin l'hiver, enfin Jól
Mörsugur (21 décembre 1295)


 

Mais pourquoi se jetaient-elles toutes à l'eau ? Une suffisait bien ! Folker était désormais presque seul sur le quai, avec Matilda Raudi et la petite Heill, un bras dans un état pas bien beau à voir et juste une dague pour se protéger. Damnée fête où personne pensait à se protéger ! Un coup de pied à la tête d'une margygr tentant de grimper sur le quai. Il y en avait de plus en plus. Le jeune homme ne pouvait même pas réfléchir à comment elles étaient entrées. Son poignard faucha la main d'une des créatures aquatiques, sa botte fut arrachée et il réussit à écarter Matilda du bord du quai, où elle était entraînée par les élèves qui tentaient de quitter le navire, sans trop de succès. Difficile quand celui-ci ne cesse de vaciller, malgré les runes de stabilisation, et que sa coque est attaquée... Quelqu'un les bouscula – quelqu'un qui se dirigeait cette fois vers le bateau de Dürmstrang, quelque chose brûlant dans la main. Folker arrêta une seconde de se battre, hypnotisé par ce qui dansait entre les doigts de la femme.
Du feu.
Elle voulait mettre le feu au langskip de Dürmstrang.



Hé oui, après les margygrs, la purification par le feu ! Skuli étant majoritairement une ville souterraine, un feu dans les tunnels pourrait être fatal... après tout, tout est relié. Vaut mieux pour vous empêcher vos nouveaux amis de tout faire flamber. Tous les moyens sont permis. À ceux sur les quais et à côté de la rivière : la pagaille est encore vive et les margygrs ne cessent d'affluer, d'attaquer. Ceux à la Rose de Fer, vous avez seulement des hommes et femmes pleinement armés à affronter... avec ce que vous pouvez.
(sinon, mes ignobles, vous faites bien mourir de rire l'aimable maîtresse de cet event )

Votre participation est fort appréciée ; keep up the good work !

Ce tour de jeu durera jusqu'au 3 janvier; vous pouvez poster aussi souvent que vous le désirez ! Nous vous conseillons des messages plutôt courts, mais évidemment, c'est à votre discrétion.

 
gif ©️fyeahvikings
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Pseudo : Lyn
Crédits : Arté & Tumblr
Avatar : Rose Leslie
Ici depuis le : 19/11/2013
Messages : 133

Âge du personnage : 25
Ascendance : Sang-pur
Statut : Exploratrice, combattante, commerçante itinérante, aussi.
Particularités : Hein? C'est quoi ça?
Dédoublement de personnalité : Silke la Sauvage
Points : 35

Feuille de personnage
LOCALISATION : Quelque part au fond du Noregr, ou sur un knörr
JE COMPÉTITIONNE POUR : Skuli
INVENTAIRE :

(#) Mar 31 Déc - 16:51

Sous l'eau reignait un véritable chaos ; Asta n'avait sur elle ni branchiflore ni autre plante – passablement dégueulasse – de ce genre qui lui aurait permis de rester plus longtemps sous la surface. Mais il ne suffisait que de quelques minutes pour saisir ce qu'il se passait : les margyrs affluaient de toute part, se mouvant avec la rapidité qui leur était propre pour planter griffes et crocs dans ce qui passait à porter. Il ne fallut que quelques instants pour que l'une d'entre elle ne plante ses vilaines dents dans le mollets rousse ; un grognement lui échappa bien vite étouffé par l'eau qui lui passa par-dessus la tête. La pression disparut pourtant rapidement, et Asta se retourna pour voir sa cousine planter la sale garce, avant que la jeune Elfi ne prenne le relais. Un grand sourire étira les lèvres de la Raudi, d'autant plus qu'une flèche, plutôt bien lancée, perça le crâne d'une autre margyr. Boh, ils se débrouillaient pas si mal quand même.

Nageant pour rejoindre les filles, elle s'immergea pour pouvoir égorger une nouvelle saleté qui avait essayé de lui arracher la main ; pas touche à son joli poignard. Le seul ennui qui semblait s'imposer à l'esprit d'Asta, du moins en dehors des garces aquatique, était la température de l'eau ; s'ils s'attardaient un peu trop, combattre ces horreurs ne serviraient à rien. Sa réfléxion, bien que brève, fut interrompue par une voix tonitruante qu'elle reconnut être celle de son oncle. « Ça va pour moi. Dita? » La rousse jeta un coup d'oeil à la gamine, histoire de vérifier qu'elle n'avait pas été trop amochée ; le froid anesthésié sa propre jambe. Son épaule vint rencontrer celle de Bartram, puis celle de Sigrid, alors qu'elle se tenait dos à une des filles, afin de ne rien louper. Malgré la menace, elle se permit même un coup d'oeil aux quais : bondés, comme si la foule n'était devenu qu'un monstre grondant.

Une flamme. Quoi ? « FOLKER! » Cet imbécile manchot ne semblait pas prêt à faire un geste. La femme approchait du navire, à peine ralentie par les élèves et les badauds terrorisés. « Elle va foutre le feu au bâteau cette garce. » Et ils étaient là, coincés dans l'eau avec leurs pauvres armes, et une corde que la tante Raudi n'allait certainement pas être capable de tirer. Avec un peu de magie, peut-être... « Les flêches... » Est-ce que leurs quelques solutions de secours reposées sur une gamine Heill et ses flèches ? Asta n'eut pas le temps d'interpeller qui que ce soit ; quelques margyrs se détachèrent des rangs, les chargeant et menaçant de les tirer au fond des eaux glacées du port.


“ All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost; the old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, a light from the shadows shall spring; renewed shall be blade that was broken, the crownless again shall be king.” Tolkien


Dernière édition par Asta Raudi le Ven 3 Jan - 11:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


(#) Jeu 2 Jan - 20:36

Auparavant, mon beau-frère m’a indiqué ou se trouve ma sœur, celle que je considère comme ma mère. Puis … Tout se passe vite … Une de mes élèves, Elfi tombe dans l’eau et   une de mes nièces se  jette à l’eau pour sauver Elfi, cette dernière est retenue prisonnière de ces créatures viles de magyrgr, ces choses qu’on ne peut pas apprécier. Quand vont-elles revenir ? Je ne sais pas, je me ronge les ongles. Sigrid, une de mes nièces décide de sauter dans l’eau et d’aider Asta à sauver Elfi, puis, c’est au tour de Dita de partir. Puis, Bartram décide d’aller rejoindre les filles, il utilise sa hache pour tuer une de ces créatures marines hideuses. Il me lance sa hache, je la rattrape soigneusement. Je la prends par sa manche,  il me dit de surveiller la petite Heill, cette dernière est une de mes élèves, elle est une bonne élève, des grandes connaissances apparemment. Pendant que je réfléchisse, mon beau-frère a déjà disparu, il est dans cette eau froide. Puis, je ne sais comment Rosa disparu de mon champ de vision, je découvre ma manche sur le sol, celle-ci a été tiré par quelqu'un, qui ? Je ne sais pas. Je cherche quelqu’un que je connais parmi cette masse plus grande encore. Folker qui est encore avec moi parvient à me faire écarter du quai. Je vis une femme s’approcher du drakkar de Drumstang et mon regard se porte sur ma famille. Je décide de tirer sur la corde de toutes mes forces en utilisant une de mes seules mains vu que la seconde tient la précieuse hache de Bartram. Je hurle aux autres personnes d’arrêter la femme qui allait mettre le feu. Faites que ça s’arrête. Je continue de tirer.  Qu’avons-nous fait pour mériter tout cela ? La fête commençait si bien tantôt. Je jette un regard vers Bartram. Que faire ? J’avais besoin que des gens tirent sur la corde avec moi.  Je suis perdue.  Je me mordille les lèvres.  Je suis désespérée mais je dois tout faire pour les sauver, ils sont ma famille et je ne dois pas les laisser tomber. S’il seulement, il avait quelque chose pour arrêter ce maudit incendie qui allait détruire ce bateau ! Si seulement ... Je continue de tirer. Je me demande ce que faisait la fille Heill et si elle n’était pas blessée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GAGNANTE DÜRMSTRANG • Décapiter pour gagner des points, c'est mon métier

Pseudo : silverthorn
Crédits : Avatar : Insuline | Signature code broadsword. et image Tumblr
Avatar : Ellie Kendrick
Ici depuis le : 18/11/2013
Messages : 216

Âge du personnage : 16 ans
Ascendance : Sang pur
Statut : Dürmstrang
Particularités : Potionniste experte ● Fille unique de Bartram et Sunhilda Oddi ● Membre du trio infernal ● A perpétué la tradition Raudi en cramant le Labyrinthe ● A le beguin pour Kris Jarnsida ● A peur des trolls ● Compte bien monter un orchestre pour faire la teuf dans la ferme de Siri.
Dédoublement de personnalité : Aska la Viking en kilt & Brunhild la Lycanthrope
Points : 68

Feuille de personnage
LOCALISATION : Dürmstrang.
JE COMPÉTITIONNE POUR : Dürmstrang !
INVENTAIRE :

(#) Ven 3 Jan - 11:16

L'eau, aussi accueillante qu'un Öfugr, était glaciale. La branchiflore permettait effectivement à la Oddi de rester sous l'eau  et de voir arriver les margygrs, tout comme la plante lui sauverait sûrement la vie si ces garces tentaient de l'asphyxier en l'envoyant par le fond mais elle était bien loin de posséder des propriétés qui annihileraient le froid qui n'allait pas tarder à causer un sacré souci aux Vikings. Sigrid était enfin parvenu à rejoindre les filles et elle allait crier à son père de tirer sur la corde quand elle vit Dita plonger à son tour ce qui la fit jurer. Ce serait d'autant plus dur de regagner les quais si elles étaient dix à être tirées, les muscles du paternel étaient certes puissants mais sans doute pas assez pour traîner les quatre demoiselles. Dita les rejoignit -changeant au passage d'apparence- jusqu'à ce qu'elle embroche une margygr qui était dans son dos. Se détournant et plongeant dans l'eau, la potionniste vit la créature s'éloigner accompagnée d'un filet de sang jusqu'à ce qu'elle voit le monstre marin renouveler l'attaque cette fois sur Dita. « SIGRID ! ». La Oddi allait se précipiter sur la garce quand son père se chargea de lui trancher la gorge elle se rabattit donc sur la chose qui lui glaça le palpitant en effleurant sa jambe.

Cette fois Sigrid réagit plus vite, se glissant d'un coup de nageoire derrière la créature et lui tirant la tête en arrière s’appliqua à entailler profondément son cou. Remontant vers la surface pour ne pas s'éloigner du groupe, se collant à Dita, elle sonda l'eau observant avec satisfaction qu'Elfi était également très efficace si on en jugeait par le corps inerte qui dérivait accompagné d'un filet de sang. Nul doute qu'après cette soirée, la chasse au Draugr serait une partie de plaisir.  Bien que son paternel soit dans l'eau , elle sentit une pression sur la corde et attrapa d'une main Elfi pour la rabattre vers le quai espérant qu'Asta aurait aussi le réflexe de s'accrocher à la petite fille de Thormund Öfugr. Préoccupée par la corde, elle en oublia de se méfier des margygrs ce que lui rappela une flèche qui se planta avec un craquement sinistre dans l'os de la créature qui lui faisait face. Un regard vers le quai l'informa qu'elle devait ce trait à Rosa Heil. La tête de loup Heil. La fille du jarl, ennemi héréditaire de son grand père. Comme quoi, la fraternité viking envers et contre tout c'était quand même quelque chose.

Sigrid n'eut pas le temps de remercier d'un signe de tête Rosa puisque son père s'attacha à remettre un peu d'ordre dans les troupes et elle se retrouva bientôt à nouveau à côté de la Raudi. Se retournant, elle attacha la corde autour de la taille d'Elfi juste avant que Matilda se joigne à la magie pour les tirer vers le quai. « Restez autour d'Elfi, faut qu'on sorte de là avant qu'on finisse gelé. » Ce qui n'allait pas tarder pour elle, ses doigts avaient de plus en plus de mal à se mouvoir et le froid n'était plus aussi douloureux, ce qui était loin d'être rassurant. « FOLKER ! Elle va foutre le feu au bâteau cette garde. ». Sigrid jeta un coup d’œil sur le côté et vit la femme qui venait de dépasser Matilda et Rosa, ce qui finit de lui glacer le sang. Frida, Elin, Solveig. « ROSA DESCENDS LA ». Son souffle se figea alors qu'elle décrochait elle-même une hache de jet de sa taille. « Kenaz ! ». Une spécialité de sa mère. Rompant les rangs, elle déploya  son bras, tentant de s’équilibrer comme elle pouvait dans l’élément aqueux avant de lancer la hache. Elle n'eut pas le temps de voir si elle avait atteint sa cible qu'une nouvelle vague de créature s'attaquait au groupe.  Les quais se rapprochaient mais si le langskip prenait feu, cela n'aurait plus grande importance. « Papa, Frida et les Raudis sont peut-être encore sur le knörr » murmura t-elle. Elle sentait son souffle s'entrecouper de sanglots mais elle les refoula pour se concentrer sur les margygrs. Sigrid détestait se sentir aussi impuissante.


    wisdom
    A man must be big enough to admit his mistakes, smart enough to profit from them, and strong enough to correct them.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN • Bourrin infidèle

Pseudo : Arté
Crédits : ©Rosieslullaby
Avatar : Richard Armitage
Ici depuis le : 22/10/2013
Messages : 820

Âge du personnage : 40 ans
Ascendance : Sang-pur
Statut : Capitaine de la Pute borgne, un langskip sympathique
Particularités : Jumeau de Silja Oddi. L'infidélité incarnée.
Dédoublement de personnalité : la sale mioche (kirsten vondr)
Points : 85

Feuille de personnage
LOCALISATION : Skuli, quelque part dans le port
JE COMPÉTITIONNE POUR : Skuli
INVENTAIRE :

(#) Ven 3 Jan - 23:38

Tout le monde avait l'air capable de flotter jusqu'au quai. Du moins si les margygrs les laissaient passer. Bartram était dans l'eau et sentait le froid glacial l'engourdir peu à peu. Il fallait regagner le quai, ou au moins la berge. Et sur le quai, Matilda semblait pétrifiée, tétanisée. Sigrid se battait. Asta se battait. Toutes se battaient, avec plus ou moins de conviction. Et Bartram, dans tout ça, il tranchait des cous de margygr et plantait son poignard dans le dos de garces aquatiques. La corde était accrochée autour d'Elfi Öfugr, celle qui était restée le plus longtemps dans l'eau jusqu'à présent.
Une main libre, et son couteau dans l'autre, Bartram usa de toutes les capacités magiques qu'il avait pour réaliser un coup de maître. Se concentrant comme il ne le faisait presque jamais, il entendit ce que lui disait sa fille ( « Papa, Frida et les Raudis sont peut-être encore sur le knörr ») mais ne chercha pas à analyser ce qu'elle lui disait. S'écartant un peu de la trajectoire de la corde, il s'assura que Sigrid et Dita tenaient la corde, ou un membre d'Elfi, pour ordonner à la corde qu'il avait enchantée plus tôt : « TIRE, PAR THOR ! » Et la corde, qu'il ne touchait pas, se tendit, et combinée aux efforts de Matilda sur le quai, ramena les trois jeunes filles près du quai.
Ne restait plus à Bartram et Asta qu'à trouver un moyen de rejoindre les quais sans mourir en charpie. Ou de se faire la malle en vitesse. Sauf que Bartram était claqué et qu'Asta était blessée, et que les margygr, attritées de ne pas avoir pu se mettre sous la dent une des trois gamines dans l'eau, envisageaient sans doute de faire un quatre-heures juteux et musclé. Tenant l'épaule de sa nièce, dans un dernier sursaut d'espoir, Bartram traça dans l'eau avec son couteau, les trois runes que l'on voyait gravées sur tous les portails runiques : Wunjo, Hagalaz & Raido, en fixant le navire de Dürmstrang. Si le sort marchait, s'il n'était pas trop fatigué pour que ça marche, ils seraient transportés sur le knörr qui était à deux doigts d'être enflammé.

Encore fallait-il que ça marche.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Pseudo : Adri - Ad Gloriam
Crédits : Mocking Jay
Avatar : Isabelle Fuhrman
Ici depuis le : 18/11/2013
Messages : 183

Âge du personnage : Quinze ans
Ascendance : Sang Pur
Statut : Étudiante
Particularités : Fille de Jarl. Ewai.
Points : 15

Feuille de personnage
LOCALISATION :
JE COMPÉTITIONNE POUR :
INVENTAIRE :

(#) Sam 4 Jan - 15:05

Glissant comme une ombre dans la nuit, la femme passa dans le dos de Rosa. Elle consacrait toute son attention aux margygrs et ne se rendit compte de rien.

Appuyée contre un rocher au fond du lac, elle apaisait une vilaine entaille avec quelques herbes maritimes. A sa gauche, un humain se faisait dévorer par ses sœurs alors qu'elle apercevait derrière elles l'interminable chute d'une semblable tombée au combat. D'un battement de nageoire caudale, elle se propulsa vers la surface.

La Raudi hurla sur ce pauvre être de Folker sans que Rosa n'en comprenne la raison. L'arc toujours bandé, elle observait l'eau, prête à renvoyer par le fond la moindre bête qui oserait pointer sa tête hors de l'eau.

« ROSA DESCENDS LA »

Malgré sa blessure, la belle fendait les profondeurs avec une facilité déconcertante. Les lèvres entrouvertes, son chant de guerre vibra dans le cœur de tout un peuple. Repoussées, chassées, détestées par ces misérables insectes, l'heure était venue. Elles se vengeraient. Les remparts magiques s'étaient fissurées pour une raison qui leur était étrangère et elles s'étaient précipitées dans la brèche. Sans réfléchir. La haine les animait. Une haine que n'importe qui pouvait comprendre.

Surprise par l'interpellation, Rosa releva la tête.
Sigrid. Qui lança une hachette. Qu'elle suivit des yeux. Qui se perdit dans la foule. Rosa ne pût dire si Sigrid avait réussi son coup, trop de personnes s'agglutinaient autour de la cible. Qu'elle ne voyait plus, d'ailleurs. Rosa ne pouvait décocher la moindre flèche dans cette masse d'imbéciles. En plus de gâcher des flèches, elle salirait sa propre réputation en transperçant un ou deux enfants.
Une lueur. Une flamme. Dans une main.
Le feu. Elle ne le craignait pas. La fumée, par contre ... Son jarl de père n'apprécierait pas d'administrer un village de macchabées. Les morts ne payaient pas d'impôts.
Elle s'agenouilla, posa une flèche sur le sol, dégaina sa lame, s'entailla le pouce gauche puis se mit à tracer quelques runes de sang autour de la flèche. Un dernier tracé, et celle-ci s'illumina pendant une demi-seconde. Elle arma son arc avec cette flèche magique. Ses yeux repérèrent la cible qui s'avérait être un peu trop proche du bateau de Dürmstrang. Elle visa. Et tira. Bien trop haut.

Une dernière impulsion la propulsa hors de l'eau. Vers une petite humaine. Appétissante. Elle prendrait un plaisir fou à se repaitre des entrailles de cette créature infâme.

Le pouce ensanglanté de Rosa s'abaissa subitement. La flèche - qui s'apprêtait à ricocher contre la roche de la caverne pour retomber lamentablement - changea brusquement de direction. Elle chuta à une vitesse folle en tourbillonnant. Messagère funeste, elle apportait la mort.

Les crocs de la Margygr s'enfoncèrent dans la chair de Rosa. Juste sous les côtes. Le choc fut brutal. La morsure, cruelle. Elles s'écrasèrent au milieu d'une dizaine de vikings apeurés.

La flèche dévia. De peu. Très peu. Beaucoup trop, en vérité. Rosa n'avait certainement pas raté sa cible. La flèche s'était forcément fichée dans le corps de l'incendiaire. Mais cette salope de Margygr avait sauvé cette traîtresse d'une mort foudroyante. Alors qu'elle aurait dû se figer sur le sommet du crâne, la flèche s'était enfoncée au centre de sa poitrine. Ou dans une épaule. Peut-être une cuisse. Ou un bras tendu, prêt à enflammer la scène.




" What's a mob to a king ?
What's a king to a god ?
  What's a god to a non-believer
     Who don't believe in anything ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Pseudo : Palo
Crédits : Arté
Avatar : Abigail Breslin
Ici depuis le : 19/11/2013
Messages : 101

Âge du personnage : 16 ans
Ascendance : Sang pur
Statut : élève à Dürmstrang - cours après le Draugr, cherche des passages secrets, et globalement, fout la merde sans se faire prendre (le talent, mes amis, le talent)
Particularités : Métamorphomage, mais de piètre qualité. Alors pour compenser, elle utilise une potion dérivée du polynectar pour faire illusion.
Points : 15

(#) Sam 4 Jan - 16:14

Le bordel. C'était le bordel. Elle ne comprenait plus rien à ce qu'il se passait, mais de ce qu'elle voyait, Elfi semblait sauver et avait même abbatue une margyr. Il leur fallait maintenant sortir de là. L'eau froide engourdissait les membres de Dita, et la peur la paralysait presque. Sa dague à la main - une arme peut être ridicule pour un viking, mais au moins, celle là, elle savait la manier mieux que personne - elle éloigna encore une margyrs d'un coup dans l'oeil. heureusement, la bestiole ne revint pas. Elle hocha la tête en réponse à la question d'Asta. Elle avait trop peur - peur de mourir bouffée par une margyr, laissant Sejer seul héritier de leur nom, peur de mourir glacée par l'eau froide - pour prêter attention aux cris et aux hurlements des uns et des autres, et elle ne comprit cette histoire d'incendie qu'au dernier moment. Bordel. BORDEL.

Elle ne pouvait plus analyser la situation et réagir correctement, mais elle se sentit rassurée lorsque Elfi sortie de l'eau, tractée par la corde. Elle restait donc avec Sigrid, dos à dos avec son amie, combattant les margyrs, avec des mouvements de plus en plus maladroit au fur et à mesure que leurs doigts viraient au violet. Sigrid fit démonstration de ses capacités au lancer de hâches, tandis que dita laissait approcher une Margyr. "C'est ça, viens, viens...". Le visage de la bête se rapprochait d'elle... Jusqu'à ce que Dita lui plante sa dague en pleins dans l'oeil. Voir la Margyr tomber et agoniser dans l'eau fut un spectacle délectable, mais maintenant, il leur fallait continuer à avancer. Son coeur lui faisait mal tellement il faisait froid."Ca va aller Sigrid..." Elle pouvait comprendre son angoisse. "Ca va aller." Elle ne savait pas où était son frère, mais elle espérait que pour lui, tout se passait mieux qu'ici. Si il crevait... Bordel, il lui manquerait; Mais mieux ne vallait pas passer à ça.

Elles finirent enfin par arriver au bord de la berge, où se bousculaient élèves et parents, effrayés par les Margyrs. Matilda lui tendait la main, et Dita s'y accrocha pour remonter sur la terre ferme. "Bordel..." Elle s'accrocha quelques secondes de plus que nécessaire à la main de son enseignante. "Merci... Merci..." Soulagée, elle reprit appuis sur la terre ferme, regardant la scène autour d'elle. Des cris, et... Là bas. Une margyr. Vivante, vu comment elle bougeait. Et... Rosa Heill. Une élève de leur niveau, dont le père était bourré de fric. et puis merde, peu importe qui elle soit, elle ne pouvait pas laisser quelqu'un se faire bouffer par une margyr. "Matilda ? T'as une dague ?" Sans mot dire, sa professeure lui en tendit une, et Dita commença à courir vers la Heill. arrivée à bonne distance, elle lança la dague de son enseignante. En pleins dans les yeux. Déjà la bestiole commençait à se calmer, d'autant plus que la gamine Heill ne la lâchait pas non plus, malgrès le fait qu'elle semblait sacrément amochée. Elle était maintenant à côté d'elle. "Arrête, je m'en occupe." Elle inspira. Trois derniers coups de dagues - encore un dans l'oeil un gros dans la queue, et un autre dans le cou finirent par achever la margyrs. "Salope..." murmura Dita entre ses dents, puis elle se tourna vers la Heill, car la tête de la Margyr était encore plantée dans son ventre. c'était un miracle qu'elle ne soit pas morte. Elle ouvrit prudemment les machoires du monstre, dont la tête retomba lourdement. Puis elle passa sa main sous les épaules de Rosa pour la soulever. "Rah putain..." Elle pissait lesang, mais était toujours éveillée. "J'espère que ton père offrira un sacré paquet de fric. Beau combat. " Elle parlait pour cacher sa peur. Pourvu qu'elle ne lui claque pas dans les bras... Pourvu qu'elle ne meure pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits : Undomiel
Ici depuis le : 27/10/2013
Messages : 65

Statut : Tisseuses du destin
Points : 152

(#) Dim 5 Jan - 13:28



Enfin l'hiver, enfin Jól
Mörsugur (21 décembre 1295)


Vegar Laguz était un homme qui savait hiérarchiser ses priorités. Il avait décidé d'aller passer Jól à Skuli, laissant ses parents à Dürmstrang avec les quelques gosses qui voulaient être à l'école. Son but n'était pas de croiser son frère, mais de prendre un peu de bon temps, malgré la plèbe puante qu'il allait croiser. Il était donc parti de l'île de Dürmstrang deux jours avant Jól, pour assister au thing en représentant son père. Son hippogriffe l'avait sagement transporté jusqu'à Skuli où il était donc depuis deux jours.
Le hasard voulut que Vegar Laguz soit sur les quais du port de Skuli lorsque les margygrs firent irruption dans le lac souterrain, causant panique et cris un peu partout autour de lui. Lui-même n'était pas ravi qu'il y ait des créatures pareilles au cœur du monde scandinave sorcier, mais en digne professeur de soins à Dürmstrang et guérisseur, il alla au devant du danger pour prodiguer soins et remèdes aux imbéciles qui avaient été attaqués par ces putes aquatiques.



Folker perdait trop de sang pour suivre les événements. Il s'évanouit, son couteau glissant d'entre ses doigts. Sur le quai, dégoulinantes d'eau, les trois gamines qui s'étaient jetées plus tôt dans le lac (l'une involontairement, les deux autres pour tenter de la sauver) étaient sauves, même si pas complètement saines. Vegar Laguz, arrivé à leur hauteur, dévisagea Matilda Raudi rapidement, sans même la saluer, puis s'accroupit près des demoiselles, après avoir giflé Folker pour le tenir éveillé. Un rapide coup d'œil lui permit de repérer la plus gravement atteinte : la quatrième gamine, celle qui avait tiré à l'arc deux minutes plus tôt. Une margygr l'avait attaquée. Presque dévorée. Et la gamine Utanlands était à deux doigts de chialer. D'une voix bourrue, Vegar Laguz intima à Dita de bouger son cul et de le laisser faire son boulot. « Tu t'es bien débrouillée, gamine. Maintenant, tu me la maintiens éveillée. » Et voilà qu'il commençait à tracer des runes sur le front de Rosa Heill, histoire de la soigner et de la sauver. « Matilda, surveille les autres et essaye de héler un autre guérisseur, si tu en vois un. Et ne vous approchez PAS du bord du quai !, ajoute-t-il à l'adresse d'Elfi et Sigrid, ainsi que d'autres gamins apeurés, histoire de ne pas avoir un autre drame. »



Alors que la femme, transpercée en pleine poitrine par la flèche lancée par Rosa, s'effondrait sur la passerelle qui amenait au navire de Dürmstrang, Asta Raudi et Bartram Oddi réapparaissaient indemnes sur le pont du knörr. Le feu avait déjà commencé à lécher les planches du navire centenaire sans parvenir à l'embraser immédiatement. Mais la panique régnait sur le navire, et il fallait assurer le débarquement des enfants sans qu'ils tombent dans l'eau infestée de margygrs qui continuaient d'essayer leurs dents et leurs griffes sur la coque du bateau. « ASTA ! » Elin & Solveig Raudi, accompagnées des gamins Järnsida, appelèrent leur cousine et se rapprochèrent très vite d'elle et de leur oncle. Il fallait descendre de ce navire avant qu'il ne chavire.



Arrêter le feu, soigner quelqu'un, faire descendre les gosses, combattre encore et toujours les margygrs. Vraiment, cette fête de Jól n'est pas de doux repos ! Continuez de vous battre, bougez-vous, vous êtes désormais divisés en deux groupes, et il va falloir réussir à vous retrouver avant la fin de l'event qui arrive bientôt. Cognez, hurlez, mordez, vivez, bref, continuez comme vous le faites déjà si bien !

Pour Vegar Laguz, si vous avez oublié qui c'est, le voici ici Il reste auprès de Rosa pour ce tour-ci, mais est capable de fracasser la gueule d'une Margygr avec une mini-hache de jet si besoin. Folker est inconscient, et Asta et Bartram se retrouvent à jouer aux animateurs de colonie de vacances dans un environnement hostile. Amusez-vous bien !

Ce tour de jeu durera jusqu'au 9 janvier; vous pouvez poster aussi souvent que vous le désirez ! Nous vous conseillons des messages plutôt courts, mais évidemment, c'est à votre discrétion.

gif ©fyeahvikings
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Pseudo : Lyn
Crédits : Arté & Tumblr
Avatar : Rose Leslie
Ici depuis le : 19/11/2013
Messages : 133

Âge du personnage : 25
Ascendance : Sang-pur
Statut : Exploratrice, combattante, commerçante itinérante, aussi.
Particularités : Hein? C'est quoi ça?
Dédoublement de personnalité : Silke la Sauvage
Points : 35

Feuille de personnage
LOCALISATION : Quelque part au fond du Noregr, ou sur un knörr
JE COMPÉTITIONNE POUR : Skuli
INVENTAIRE :

(#) Lun 6 Jan - 20:33

Les filles étaient hors de danger. Asta ne s'était pas accrochée à Elfi ; à savoir si elle n'avait pas jugé cela nécessaire ou si elle avait préféré rester avec son oncle pour affronter les margyrs qui continuaient d'affluer. La seconde option correspondait plus au caractère de la Raudi, qui ne comptait pas laisser Bartram affronter seul ces garces griffues, aussi fort pouvait-il être. Le petit groupe composé de Dita, Elfi et Sigrid se dirigea vers les quais, assez rapidement pour que ces saloperies ne s'accrochent pas trop et ne les blessent pas plus gravement. Alors qu'elle se concentrait pour éviter une nouvelle attaque, Asta remarqua que si elle desserrait les machoires ne serait-ce qu'un instant, elle risquait fortement de se mettre à claquer des dents avec violence. Elle n'était plus bien sûre de sentir correctement ses pieds et s'acharnait à bouger ses jambes pour maintenir la circulation et éloigner les margyrs.

Il ne restait plus que deux, les deux crétins Oddi et Raudi, à se débattre dans l'eau glacée et à tenter d'échapper aux crocs acérées des bestioles ; Asta planta sa lame dans le front de l'une d'elle, qui approchait la gueule ouverte, prête à mordre, lorsqu'elle sentit la main de Bartram sur son épaule. Fronçant les sourcils, la rousse tourna la tête vers lui, s'attendant, un bref instant, au pire ; une sensation désagréable lui chatouilla les entrailles et bientôt, l'eau du port fut remplacée par le pont un peu trop solide du knörr de Dürmstrang. La rousse échoua violent sur le flanc avec un grognement mécontent : « Bah voyons... » La Raudi ne prit pas le temps d'admirer ses blessures – elle ne sentait pas grand chose avec le froid, pour l'instant -, et son prénom, lançait par une voix qu'elle connaissait, lui tira un soupire de soulagement. « Elin ! Solveig! » Elle prit une seconde pour étreindre ses sœurs, se foutant bien d'être trempée, avant de regarder Bartram. « Je vais voir où sont les autres, je leur dis de descendre. » Elle savait que c'était à ça que son oncle pensait ; l'odeur de bois brûlé commençait à emplir ses narines, il n'y avait pas une seconde à perdre.

Il ne restait que peu de gamins sur le navire, et elle n'eut pas de mal à les faire descendre, hurlant à tout va et s'aidant de la magie pour explorer les derniers compartiments du bateau, à toute allure. Ses sœurs commencèrent à protester, Asta les repoussant jusqu'aux quais : « Fermez là, par Odin, et descendez. Eloignez-vous, que personne n'approche. » Elle manqua de heurter Bartram en se retournant pour aller le chercher, la dague toujours à la main, par réflexe, toujours couverte de sang. « Tous les gosses sont à terre, faut qu'on vire avant qu'il... » La phrase fut interrompue par un craquement qui aurait presque pu l'effrayer ; le pont du navire commença à s'incliner, et la rousse perçut quelques phrases incompréhensible provenant d'elle ne savait où. Asta se sentir partir, ou plus précisément glisser ; d'une main, elle attrapa une des cordes fixées au bord du navire, saisissant par instinct le bras de son oncle. « VOUS AUREZ PAS MON BATEAU! » Oh merde. Oh merde, merde, merde. Des cris se firent à nouveau entendre sur les quais, pour une autre raison cette fois : « Ce braell est en train de plonger! » Ils n'étaient pas sortis de l'eau pour ça, quand même... Non?


“ All that is gold does not glitter, not all those who wander are lost; the old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost. From the ashes a fire shall be woken, a light from the shadows shall spring; renewed shall be blade that was broken, the crownless again shall be king.” Tolkien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
GAGNANTE DÜRMSTRANG • Décapiter pour gagner des points, c'est mon métier

Pseudo : silverthorn
Crédits : Avatar : Insuline | Signature code broadsword. et image Tumblr
Avatar : Ellie Kendrick
Ici depuis le : 18/11/2013
Messages : 216

Âge du personnage : 16 ans
Ascendance : Sang pur
Statut : Dürmstrang
Particularités : Potionniste experte ● Fille unique de Bartram et Sunhilda Oddi ● Membre du trio infernal ● A perpétué la tradition Raudi en cramant le Labyrinthe ● A le beguin pour Kris Jarnsida ● A peur des trolls ● Compte bien monter un orchestre pour faire la teuf dans la ferme de Siri.
Dédoublement de personnalité : Aska la Viking en kilt & Brunhild la Lycanthrope
Points : 68

Feuille de personnage
LOCALISATION : Dürmstrang.
JE COMPÉTITIONNE POUR : Dürmstrang !
INVENTAIRE :

(#) Mar 7 Jan - 12:38

 « Ca va aller Sigrid... » Aller ? Depuis quand les choses allaient ici avait-elle envie d'hurler. Pourquoi ? Pourquoi cette révolte, pourquoi vouloir assassiner les étudiants de Dürmstrang bien trop jeune pour être coupables de quoi que ce soit, pourquoi tuer indifféremment les sang-purs qui défendaient les sang-mêlés et les élitistes ? Pourquoi ce massacre ? Sigrid serra les dents. Ces sales types allaient juste jeter l'opprobre sur les sangs-impurs et déclencher des règlements de compte, obligeant les sang-purs qui les aidaient comme ils le pouvaient, qui tentaient de faire bouger les choses à se taire et se terrer. « Ça va aller ». Elle opina du chef, se rattacha à sa colère pour oublier son angoisse. Tournant la tête, elle vit que son père et Asta était restée en arrière ce qui la fit jurer. Ça va aller. Alors que sa dague entamait le bras d'une nouvelle margygr, les filles heurtèrent le quai. Dita ne tarda pas se hisser aidée par Matilda, Elfi suivit alors que la brune Oddi la poussait comme elle pouvait pour lui permettre de grimper et Sigrid émergea en dernière de la rivière en marchant allègrement sur la gueule d'une margygr qui voulait de toute évidence en faire son blòt personnel. Se débarrassant immédiatement de sa veste trempée, elle se retint d'aller se réchauffer près d'un feu lorsqu'elle vit Dita en compagnie de Rosa - à terre et touchée - et de Vegar Laguz. Jetant un coup d’œil en mer, elle tourna la tête à temps pour voir son père se téléporter elle ne savait où avec Asta mais dans tous les cas certainement loin des margygrs en furie. Qu'on aille dire que c'était un Vif-Höd après ça !

Rejoignant la fille du Jarl qui était aussi pâle que la crinière d'Hedvig, Sigrid vit Dita plus ou moins en état de choc pendant que le professeur de soin tentait de la guérir. Plus loin, le type que sa cousine avait appelé Folker se vidait de son sang, visiblement inconscient.  « Et ne vous approchez PAS du bord du quai ! ». Loin d'elle cette idée, les paroles de son père lui revinrent en tête alors que les filles Raudis et la Oddi étaient regroupées au coin du feu « On ne va PAS dans les coins où il y a les Margygr, à moins d'être préparés à affronter un truc aussi horrible que le Ragnarök. ». Ragnarök, c'était ce qui décrivait le mieux ce Jòl. Point de scalde aux contes enchantés, point de retrouvailles ou plutôt pas celles qu'elle avait imaginées, que des guerriers et la mort qui hantait leur pas. Folker. Sigrid décida qu'elle ne comptait pas le laisser mourir. Posant une main sur l'épaule de Dita pour soutenir son amie, lui intimer d'être forte elle entendit la Utanlands racontait des conneries sur une récompense quelconque (vu la fortune de la famille de Carina et des Heills en eux-mêmes c'était presque pas improbable) et se persuada qu'elle allait tenir le coup. Dita était forte, sans doute la plus forte du trio et Vegar Laguz n'était peut-être pas aimable mais c'était un bon guérisseur.

Entrainant avec elle Elfi pendant que Matilda essayait comme elle pouvait de trouver un autre guérisseur, elle attrapa un bras d'un cadavre de margygr (celle avec le crâne fendu en deux pour plus de sûreté) avant de lancer son poignard à Elfi. « Couvre-moi, je vais la tirer jusqu'à Folker ». Un regard vers la petite fille de Thormund Öfugr l'informa que celle-ci devait se poser des questions sur sa santé mentale mais elle grogna alors qu'elle tirait le corps de la créature à l'adresse de la Öfugr « Si mon père et Oncle Dagmar ne racontent pas que des conneries, le sang de margygr peur guérir n'importe quelle plaie ça permettra à Folker de tenir le coup pendant que Rosa se fait soigner par le Professeur Laguz ». Renonçant à traîner le corps trop lourd jusqu'au viking, Sigrid prit une grande inspiration avant d'ouvrir la cage thoracique de la créature farfouillant dans ses entrailles pour trouver le palpitant de la bête qu'elle sectionna en ravalant des hauts le cœur. Rejoignant Folker, elle trancha l'organe de la margygr gorgé de sang sur les plaies du guerrier priant pour que cela marche. Au pire, le Laguz l'aiderait une fois qu'il aura soigner Rosa. Pendant qu'elle pressait le palpitant de la bête, Sigrid se demanda comment lui et Falko pouvait être frère d'ailleurs. Falko était beaucoup plus sympa et serviable, la preuve il filait toujours un coup de main à sa mère quand la demeure Oddi faisait des siennes et que son père était absent à cause des raids. La maison avait souvent fait des siennes ce sumar en parlant de ça..


    wisdom
    A man must be big enough to admit his mistakes, smart enough to profit from them, and strong enough to correct them.
    code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


(#)

Revenir en haut Aller en bas
 

Enfin l'hiver, enfin Jól | EVENT I, groupe III

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Enfin un compte !
» Netgear DG824G ; j'y suis arrivé [enfin !]
» NabzShirt... La [2nde] boutique de Tshirts... Enfin !
» Pika-Piko, Pandawa de cercle 200 :) (enfin presque 99%)
» [Event Djaul]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ginnungagap :: Skuli :: Port souterrain-