SUJET COLLECTIF Elles sont belles, mes salades !
Pour y participer, il suffit de se rendre ici
Au plaisir de vous y voir


Bienvenue aux nouveaux membres !
N'hésitez pas à squatter le flood ou la CB même si vous n'êtes pas validés, on se fera un plaisir de vous intégrer <3


Partagez | .
 

 Dürmstrang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Crédits : Undomiel
Ici depuis le : 27/10/2013
Messages : 341

Statut : Compte administratif
Points : 286

(#) Lun 18 Nov - 18:37



Dürmstrang
une île incartable


Dürmstrang est l'école scandinave de sorcellerie. Son histoire a quelques siècles déjà derrière elle, et des légendes s'y sont formées. Alors qu'avant, les sang-purs apprenaient sur le tas, l'école a ouvert ses portes en 1052 et accueille sans relâche des jeunes sang-purs pour les aider à contrôler leurs pouvoirs.

Pour en savoir plus sur la géographie de l'île où a été installée Dürmstrang, il suffit de regarder cette carte.

En savoir plus sur :
- l'histoire de Dürmstrang
- le labyrinthe
- le principe de l'école
- les matières enseignées
- les directeurs actuels de l'Institut de sorcellerie
bannière ©Arté
carte ©L.I.N.E


Compte administratif, ne pas envoyer de MP.
En cas de problèmes, contactez Bartram Oddi ou Kaja Heill.


Dernière édition par Ginnungagap le Sam 1 Fév - 18:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits : Undomiel
Ici depuis le : 27/10/2013
Messages : 341

Statut : Compte administratif
Points : 286

(#) Lun 18 Nov - 18:38



Dürmstrang
l'ultime abri


Née de l'union du sel et de la terre, Dürmstrang fut ouverte en 1052. Ses fondateurs étaient Ulfric et Freyja Dreki, un couple de sorciers, tous les deux issus de lignées ininterrompues de sorciers. L'extinction de la société viking polythéiste avait été la première pierre posée dans la fondation de Dürmstrang, au moins au niveau psychologique. Les anciennes croyances du Nord disparaissaient chez les sans-pouvoirs (dits aussi Moldus) et avec elles leur tolérance à l'égard des sorciers. Peu à peu, au fur et à mesure de la christianisation de la société moldue scandinave, les sorciers avaient senti une vague d'hostilité s'élever peu à peu à leur égard, et ils avaient décidé de se couper de la compagnie des sans-pouvoirs au début du onzième siècle. Regroupés dans des villages troglodytes, cachés dans les hauteurs montagnardes ou au fond de fjords réputés dangereux, les sorciers s'étaient réfugiés entre eux. C'est là, au début du onzième siècle, que naissent Ulfric et Freyja, qui vont chacun grandir dans des communautés prêtes à en découdre avec les Moldus, mais conscientes que cet affrontement ne serait pas sans conséquences. Polyglottes exacerbés comme l'ensemble de la communauté viking de l'époque, certes pillards mais aussi commerçants à l'occasion, ils se rencontrent à l'occasion d'une assemblée des grandes familles sorcières sur une île entre la Norvège, la Suède et le Danemark. Ils se plaisent, décident de se marier et commencent une vie à deux. Puis, alors que Freyja tombe enceinte, un rêve renaît de ses cendres et jaillit alors l'idée d'un lieu où les enfants sorciers seraient en sécurité, apprendraient à contrôler leur don, et pourraient retrouver leurs semblables.

Il faut sept ans aux fondateurs de l'école de sorcellerie d'Europe du Nord pour trouver un emplacement idéal, bâtir la forteresse qui abritera leurs futurs élèves, ériger une barrière végétale protectrice, trouver de quoi occuper le labyrinthe qui constitue désormais l'enceinte du domaine, mais aussi trouver des sorciers qui nourrissent les mêmes espoirs et acceptent de leur prêter leurs concours pour les finitions et l'ensemble des sorts qui entourent et protègent l'institut de toute intrusion. Au bout de sept ans de dur labeur, d'essais et d'échecs, de corrections et de vérifications, l'institut est fin prêt : Ulfric et Freyja ont quarante-cinq ans, nous sommes en 1052, il n'y a plus un seul sorcier d'ascendance sorcière qui vit parmi les sans-pouvoirs et la christianisation de la Scandinavie moldue touche à sa fin. Les enfants sorciers seront désormais en sécurité et pourront grandir dans un environnement qui leur est destiné et bienveillant.

Pour remercier les collaborateurs à la fondation de Dürmstrang, Ulfric et Freyja mettent en place un conseil de Direction, qui les seconde dans la direction de l'école. Ces conseillers sont des représentants des principales familles de sang-purs, élus par un vote à main levée qui doit être unanime, lors d'une assemblée (la Thing) un mois avant la rentrée scolaire. Peuvent y être élus des gens qui ne se sont pas forcément présentés, mais qui sont reconnus par l'assemblée comme respectant à la lettre les valeurs des sangs-purs scandinaves. Avec les décennies puis les siècles, c'est le conseil de Direction qui s'assure que les traditions et les principes de l'école sont respectés, et ce malgré le décès des fondateurs et l'extinction de leur lignée. Dürmstrang reste co-dirigée par un homme et une femme, souvent un couple : actuellement en 1295, il s'agit des époux Laguz, Harald et Selma.
bannière ©Arté


Compte administratif, ne pas envoyer de MP.
En cas de problèmes, contactez Bartram Oddi ou Kaja Heill.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits : Undomiel
Ici depuis le : 27/10/2013
Messages : 341

Statut : Compte administratif
Points : 286

(#) Lun 18 Nov - 18:38



Le Labyrinthe
rite de passage


    « Allez, on est arrivés. Descendez.
    - Eh mais pourquoi y a pas tout le monde qui descend ?
    - Seuls les premières années doivent descendre ici.
    - C'est le rite de passage.
    - Mais…
    - Bouge. »

(LES BASES) Le rite de passage. Les enfants ont tous cette expression sur les lèvres alors qu'ils descendent du navire. Ils sont arrivés à Dürmstrang, ou presque. Le ponton s'élargit au fur et à mesure qu'ils arrivent dessus. Devant eux, un mur de végétation. Et un homme, qui a l'air très commode. Ou pas. Ils sont arrivés. Bientôt, ils vont pouvoir entrer à Dürmstrang. Mais d'abord, ils doivent passer par le Labyrinthe. Rares sont les jeunes sorciers de sang-pur qui n'en ont jamais entendu parler par leurs parents. Dürmstrang est sur une île, dans la Mer de Norvège, non loin du Cercle arctique. L'intégralité de l'île a été protégée par des sortilèges, mais aussi par un labyrinthe qui fait le tour complet de l'île. C'est une protection supplémentaire, et on y a aussi trouvé une certaine utilité. Les jeunes sorciers doivent passer par le Labyrinthe pour prouver deux choses : que leur sang est pur (une sorte de barrière magique empêche tout sang impur d'y pénétrer) et qu'ils sont dignes d'être formés et de devenir de grands sorciers. Résultat, on les fait entrer dans le labyrinthe de Dürmstrang (tout le monde par le même endroit), et on attend à la sortie qu'ils se pointent. Au bout de 9 jours, s'il manque encore des élèves à l'appel, le garde-chasse entre dans le labyrinthe pour trouver les retardataires qui se font souvent passer un savon. Après tout, le Labyrinthe sert aussi à classer les élèves selon leurs capacités et à les orienter très vite vers une voie d'apprentissage de la magie.
Il est bon de savoir que les années supérieures y retournent parfois à l'occasion d'un cours, ou simplement pour le plaisir de se frotter à des sales créatures qui pourraient leur arracher un bras si l'envie leur venait. Généralement, ceux qui retournent dans le labyrinthe sont armés. Pas forcément protégés avec une côte de mailles ou un bouclier, mais ils y retournent rarement mains nues. Un traumatisme du premier séjour dans le labyrinthe ? Peut-être.
    « Ah mais tu savais pas que pour entrer à Dürmstrang il fallait combattre des monstres ?
    - Sérieusement ? Mais, on va mourir.
    - Tu n'as jamais appris à te battre ? Mais de quelle famille viens-tu ?
    - Quand je disais 'on', ça m'excluait, hé ! Je sais me battre, moi, et mieux que toi j'suis sûr.
    - Je te parie que je sortirai avant toi du Labyrinthe. Et que j'aurai tué plus de créatures que toi.
    - Tu vas pleurer pour qu'on vienne te chercher, tu veux dire, parce qu'une bestiole que personne connaît va être en train de te bouffer.
    - La ferme. Vous ne voyez pas qu'il y a des gens qui veulent lire sans vous entendre frimer comme deux sang-mêlés.
    - Qu'est-ce que tu viens de dire, l'avorton ?
    - Que c'est pas parce que tu parles plus fort que tu vas être le meilleur.
    - Et tu crois que tu vas te battre avec ton bouquin ?
    - Je pense surtout que c'est pas avec vos muscles que vous allez trouver la sortie du Labyrinthe.
    - Et ton livre détiendrait la clé ? Laisse-moi rire !
    - Abrutis.
    - Toi-même. [...] Tu penses que y'a quoi, comme créatures ?
    - Des tas de trucs qui vous dépèceront et vous laisseront là, comme les impurs barbares que vous êtes.
    - Qu'est-ce qu'il se passe ici, encore ? Allez, préparez-vous, laissez vos affaires dans le bateau, mais préparez-vous, on arrive bientôt. »

(INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES) Il arrive parfois que des élèves ne trouvent pas la sortie du labyrinthe : pour éviter qu'ils errent à jamais dans les méandres, le garde-chasse doit fouiller le Labyrinthe au coucher de soleil du neuvième jour. Il est parfois aidé dans sa recherche par des créatures qui n'obéissent qu'à lui. Et parfois il se débrouille tout seul. • La seule personne à être morte dans le Labyrinthe était un sang-impur dont l'arrière-arrière-grand-père avait fauté avec une Moldue. Le reste du temps, les élèves s'en sortent avec des blessures de guerre plus ou moins graves, mais s'en tirent vivants. • En moyenne, on met trois jours à sortir du labyrinthe. Les plus rapides mettent moins d'un jour, ont souvent eu recours à la ruse pour éviter la plupart des créatures dangereuses. Les Heill sont réputés pour être dans les premiers à sortir du Labyrinthe. • Contrairement à ce que l'on croit, il est rare que les élèves tuent des créatures dans le Labyrinthe la première fois qu'ils y entrent. Néanmoins, on trouve des exceptions. • Le directeur de Dürmstrang, Harald Laguz, est du genre à préférer les élèves qui sont sortis du labyrinthe par la force et il récompense celui qui a croisé le plus de créatures. La directrice Selma Laguz, sa femme, est plutôt du genre à suivre l'avancée des élèves sur une carte du labyrinthe, une tapisserie accrochée au mur du bureau des directeurs et à se réjouir lorsqu'un des élèves trouve un passage secret (ou le troue lui-même). • Il a été discuté, il a quelques années, de permettre aux premières années d'emporter avec eux une arme pour se défendre, mais plusieurs sorciers éminents - les Öfugr, pour ne nommer qu'eux - ont tenu à ce qu'ils y aillent mains nues : il n'y a qu'ainsi qu'on peut réellement mesurer la valeur d'un sorcier. Sans armes et sans magie.
    « Tu peux te faire escorter par des rongeurs, puis te retrouver face à un truc avec trois rangées de dents.
    - Et quand c'est ça, tu cours.
    - Si t'es Dagmar Raudi... non, tu cours aussi, même Dagmar Raudi tenterait pas sa chance.
    - Il essaierait, lancerait sa hache et partirait en courant. Peut-être. »

(CRÉATURES) Nul n'a idée de toutes les créatures qui sont réellement dans le labyrinthe. Pas même le garde-chasse. La majorité des créatures magiques y vivent et ont été apportées là par le garde-chasse, ainsi que sa sœur, mais d'autres sont venues y emménager d'elles-mêmes. Pourtant, ce ne sont pas nécessairement les plus dangereuses, puisque plusieurs créatures non magiques vivent également dans le labyrinthe et sont plus hardies. Des écureuils inoffensifs aux loups sauvages, il faut se méfier. Les premières années entrent dans une section du labyrinthe où les créatures ne sont pas trop dangereuses : le but n'est pas de tuer les élèves, mais de les classer.
    « C'est étrange. On dirait qu'ils sont plus vifs que les autres, cette année.
    - Ils doivent avoir des aînés qui leur ont donné quelques astuces.
    - On signale la tricherie et on les y renvoie dès demain ?
    - On les mettra dans une autre section du labyrinthe. On verra s'ils se débrouillent aussi bien.
    - En même temps, on pourrait les ménager, et les y renvoyer dans deux jours, quand ils penseront qu'ils sont arrivés.
    - Ça nous permettra de savoir lesquels ont triché. À cet âge, ça sait pas tenir sa langue. »

gif ©tumblr (source perdue)


Compte administratif, ne pas envoyer de MP.
En cas de problèmes, contactez Bartram Oddi ou Kaja Heill.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits : Undomiel
Ici depuis le : 27/10/2013
Messages : 341

Statut : Compte administratif
Points : 286

(#) Lun 18 Nov - 18:39



Système scolaire
principes & concept


Les élèves entrent à Dürmstrang à 13 ans et en ressortent traditionnellement à 20-21 ans, de gré ou de force. Le système d'enseignement fait que tous les étudiants sont libres de partir de l'école sans obtenir leur diplôme de fin d'études, s'ils le désirent, mais que rendu à un certain âge, ils doivent impérativement intégrer la vie active et aller casser du sang-mêlé comme tout le monde. Certains persévèrent jusqu'à la fin, d'autres quittent pour diverses raisons (ils considèrent en savoir assez, ne comprennent rien ou ont des ambitions bien précises). Et au contraire de leurs homologues anglais, les élèves ne sont pas divisés en maisons : les fondateurs de l'école désiraient que les sang purs se mêlent, se connaissent et apprennent à se soutenir entre eux, pas à se battre sur des spécificités inutiles. Les cours se donnent donc par membres de la même tranche d'âge, bien que ces catégories ne soient pas fermées.

En effet, Dürmstrang préconise une méthode d'évaluation suivie. Pas d'examens finaux, pas de terribles semaines de révision. Puisque des exercices constants sont soumis aux étudiants, ceux-ci progressent chacun à leur rythme. Par exemple, s'ils réussissent une potion du premier coup, ils passeront immédiatement à l'étape supérieure ; à l'inverse, s'ils échouent, ou ne fournissent pas un résultat convenable, ils recommenceront jusqu'à atteindre un niveau suffisant pour l'enseignant. Alors, si vous ne désirez pas répéter la même chose pendant des semaines, ou des mois selon le sadisme du professeur, vous savez quoi faire. En fin d'année, les professeurs décident si l'étudiant est prêt à monter d'année, en se fiant autant à ses résultats en classe qu'à son attitude au sein de l'école.

La matière théorique est dispensée le matin, dans de grandes salles chaleureusement aménagées. Ici, pas de tables ou de chaises, mais des peaux de bêtes et des coussins. Les élèves sont assis en demi-cercle devant le professeur, qui est libre d'utiliser ce qu'il désire pour illustrer ses exemples, et notent ce qu'ils désirent sur du parchemin avec leurs plumes de corbeau. S'il y a de grandes cheminées pour allumer des feux, ceux-ci ne sont en vérité allumés que lorsque de la pratique de la magie le demande. Autant vous le dire clairement : plus souvent qu'autrement, on se gèle les fesses, à Dürmstrang, alors habillez-vous chaudement. La pratique, donc, est elle dispensée en après-midi ou en soirée. Que ce soit en extérieur, dans le labyrinthe, dans une tour ou dans une salle spécialement aménagée, les professeurs ont là encore carte blanche.
Les cours varient selon les saisons : il est plus aisé d'observer les étoiles à certaines périodes de l'année, par exemple. Les professeurs ayant souvent une vie hors de l'institut, cela leur permet de se consacrer à leurs autres occupations. Les directeurs n'ont d'ailleurs pas fixé de limite de professeurs et permettent que certains soient temporaires et viennent donner uniquement une série d'ateliers, ou rencontrer les élèves ponctuellement. Cela entretient le roulement des cours et permet à un peu de sang neuf de se faire la main à l'enseignement. Une connaissance suffisante du sujet exploité et un entretien sérieux avec la direction suffit à vous faire entrer à Dürmstrang... ainsi qu'un sang pur, évidemment.
gif ©"How to Train Your Dragon" (Dreamworks)


Compte administratif, ne pas envoyer de MP.
En cas de problèmes, contactez Bartram Oddi ou Kaja Heill.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits : Undomiel
Ici depuis le : 27/10/2013
Messages : 341

Statut : Compte administratif
Points : 286

(#) Lun 18 Nov - 18:39



Matières
on ne s'embête jamais


ASTRONOMIE • Les Scandinaves ont été des navigateurs et explorateurs et pour se retrouver dans l'univers, ils se fient aux étoiles. Il est alors nécessaire de savoir différencier les constellations, d'anticiper les mouvements des astres et de pouvoir se repérer peu importe la saison.

BOTANIQUE • Aussi utile pour les voyageurs et combattants que pour les maîtres potionnistes ou les guérisseurs, la botanique est une matière clé à Dürmstrang. La connaissance des différentes plantes, magiques ou non, et de leurs utilisations, peut sauver la vie à bien des imprudents. Plusieurs étudiants tendent à mettre de côté la botanique, ne la jugeant pas importante, mais se retrouvent bien embêtés lorsqu'ils hésitent entre deux plantes semblables, dont l'une mortellement toxique.

CIVILISATIONS • L'histoire des vikings est enseignée, depuis les mages ancestraux jusqu'aux événements les plus récents, dans le souci que les futurs personnages importants de la communauté puissent connaître tout sur le bout des doigts. À cette étude de la civilisation se mêle celle des coutumes, une étude des arts et des runes, de leurs origines, et parfois également des peuples voisins, bien que ce soit avec un certain dédain.
    - Langues Cette matière est uniquement dispensée en première et deuxième année. Elle s'adresse aux enfants qui viennent des régions plus éloignées, ou les enfants des étrangers non scandinaves, et ne sont pas à l'aise avec le norrois et toutes ses subtilités.


DUEL • Utiliser la magie, de façon défensive ou offensive, est nécessaire. Ce cours mélange les enseignements du cours d'Incantations avec ceux du cours d'Endurance, forçant tous à mélanger la magie et les armes... et sinon à faire du mieux qu'ils peuvent.

ENDURANCE • Vu le mode de vie plutôt physique auquel sont destinés les élèves de sang pur, ce cours est l'un des plus importants au programme. Les professeurs en charge ont une lourde tâche et c'est pourquoi celle-ci est souvent divisées entre plusieurs enseignants. Maniement des armes, techniques de combat, activité physique intense – autant natation que course à obstacles... Même ceux qui ne se dirigent pas vers le combat se voient entraînés pour survivre aux pires intempéries et aux plus grandes batailles. À noter que ce n'est pas un cours de torture; bon, d'accord, quelques fois, les élèves devront rester dehors dans le froid et la neige pendant des heures sans être couverts, et ils risquent d'être blessés lors des entraînements, mais cela ne vise pas à les tuer, ou à les faire souffrir gratuitement (ou à peine).

MÉTAMORPHOSE • Transformer un objet en un autre, modifier l'apparence de quelque chose. La métamorphose est une forme de magie complexe et difficile qui n'est pas à la portée de tous et demande une grande pratique. Si dans les premières années, la magie enseignée est commune, la matière se divise à partir de 17 ans en deux branches distinctes.
    - Transfiguration animée La plupart des étudiants désirent aller en transfiguration animée. Si on ne peut apprendre à devenir métamorphomage, on peut tout de même apprendre à modifier les parties de son corps grâce à plusieurs sortilèges. La métamorphose animale est également enseignée et ceux qui veulent devenir animagus font bien de prendre ce cours, qui saura les épauler dans leur entreprise personnelle.
    - Transfiguration inanimée Souvent boudée au profit de la transfiguration animée, la transfiguration inanimée est pourtant tout aussi utile, sinon plus, que sa sœur. Celle-ci consiste donc à la transformation plus poussée d'objets, en autre chose que des objets vaguement semblables, et touche aussi à l'alchimie. La transmutation des métaux vils en métaux nobles a toujours fasciné. Cette magie est cela dit très complexe et rares sont ceux qui savent s'affirmer comme des alchimistes.


POTIONS • Cette matière exige un apprentissage théorique crucial et une connaissance parfaite des plantes et autres ingrédients possibles. La pratique s'intéresse surtout à la concoction de potions de base à partir de produits conventionnels. Durant les dernières années d'études, on apprend à créer des potions de substitution avec des ingrédients courants et pas forcément recommandés.

SOINS • Ce cours optionnel est conseillé pour les futurs guérisseurs, ou à tout le moins pour ceux qui comptent partir faire de longues expéditions. Demandant beaucoup de connaissances en botanique, en potions, en sorts et en créatures, il enseigne comme se soigner de toutes les façons possibles. Pour survivre autant à un empoisonnement qu'à une morsure dangereuse, c'est le cours le plus complet sur le sujet.

SORTS, MALÉFICES, INCANTATIONS • Ce cours regroupe toutes les formes de sortilèges et de maléfices qui ne sont pas répertoriées dans les autres cours. Alors que certains peuples regardent d'un œil sombre ce qu'ils nomment ''magie noire'', les Scandinaves voient plutôt cette magie comme un type aucunement différent d'un autre. Elle est simplement plus exigeante et ses tenants et aboutissants différents. Les élèves apprennent donc à manier les différentes runes et à inventer des combinaisons complexes autant pour transporter des objets lourds que pour donner de la vitesse à des navires, ou torturer leurs adversaires.

ZOOMAGIE • Une connaissance complète du bestiaire magique slave est demandée aux élèves – une question de survie. La zoomagie mêle ainsi des cours théoriques sur l'origine du Magyar à Pointes, par exemple, à des cours pratiques d'imitation du cri de la manticore. Les années plus avancées ont des cours pratiques directement à l'intérieur du labyrinthe et peuvent ainsi découvrir certaines créatures qui sont en voie d'extinction et sont à l'abri dans un environnement où les intrus viennent rarement.
    - Dracologie Branche plus pointue de la zoomagie, la dracologie met l'accent sur... les dragons, tout juste. Leurs habitats, leurs tempéraments, leurs types, comment les chasser, tout y est enseigné. Cette matière est optionnelle dès la première année et plusieurs élèves s'y risquent, simplement pour le désir de peut-être un jour rencontrer un réel dragon.
gif ©"Brave" (Dreamworks)


Compte administratif, ne pas envoyer de MP.
En cas de problèmes, contactez Bartram Oddi ou Kaja Heill.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Crédits : Undomiel
Ici depuis le : 27/10/2013
Messages : 341

Statut : Compte administratif
Points : 286

(#) Sam 1 Fév - 16:50

Harald et Selma Laguz
directeurs de Dürmstrang

La tradition veut que Dürmstrang soit dirigée par un couple mixte de directeurs. Parfois frère et sœur, parfois cousins, parfois époux, les directeurs de Dürmstrang sont liés et assurent ainsi une pondération au sein même des règlements et des us et coutumes de l'École de sorcellerie.
Depuis 1278, ce sont Harald et Selma Laguz qui assurent les fonctions de directeur et directrice de Dürmstrang. Fidèles à leurs prédécesseurs, ainsi qu'à l'esprit des fondateurs de l'école, les Laguz ont cherché à assurer des enseignements de qualités pour leurs élèves. Il s'agit ni plus ni moins de la future élite de la communauté de sang-purs qu'ils forment, donc autant s'assurer que ces gamins vont avoir quelques informations utiles dans le crâne. Engageant des jeunes enseignants (de plus de trente ans, cela dit), et laissant la porte ouverte aux sang-purs qui voudraient partager leur expérience du monde avec les jeunes sang-purs, les Laguz ont été les artisans de la victoire au Premier Tournoi des Trois Sorciers, cela ne fait aucun doute. Mais qui sont-ils, exactement ?

• HARALD LAGUZ (Bernard Hill)
Né en 1221 dans le Noregr, en arrière de Vik Margygr, Harald Laguz descend d'une famille de sorciers puissants. Si les Laguz ne font pas partie des sept grandes familles de sang-pur, ils s'y sont greffés de temps à autre, contractant des alliances matrimoniales avec l'ensemble des puissances existantes. Harald devait devenir orfèvre avec le temps, mais les évènements qui se sont enchaînés en ont voulu autrement.
Il a tourné le dos à l'orfèvrerie en posant les yeux sur une jeune femme du Jutland. Selma Osgard avait ravi son regard. Et il l'a suivie jusqu'à Dürmstrang, pour proposer ses services en tant qu'assistant du professeur d'Endurance. C'était le seul poste qui lui permettrait de trouver grâce aux yeux de Selma Osgard, du moins le pensait-il. Sauf que Selma Osgard se fichait comme d'une guigne de l'endurance physique, pour des raisons que nous exposerons par la suite.
À 22 ans, Harald Laguz délaisse donc toute prétention à devenir orfèvre pour se faire assistant du professeur d'endurance à Dürmstrang. Il prend la suite du professeur titulaire tout naturellement dix ans plus tard, lorsque ce dernier affirme qu'il veut passer ses vingt années restantes à casser des trolls, tout pour gagner l'accès au Valhalla. À 32 ans, Harald Laguz est donc professeur titulaire. Il est devenu directeur à 57 ans, et l'est encore maintenant, malgré les murmures qui racontent qu'il est trop vieux pour ce faire. À 74 ans, il se porte néanmoins comme un charme, et on raconte que les Laguz ont percé le mystère des vergers d'Idun pour se porter aussi bien alors qu'ils sont dans leur dernière décennie de vie.
Harald Laguz parie souvent sur la force et la rapidité, ainsi que le courage. Les pleutres l'agacent et on l'a souvent surpris à grommeler dans sa barbe (de plus en plus blanche) que les pleutres révélés par le Labyrinthe de Dürmstrang sont souvent des imbéciles qui font tuer leurs camarades lors de raids, ou qui se montrent trop lâches pour venger l'honneur souillé d'un membre de leur famille. Lors des réunions du Conseil de Direction, il propose parfois qu'on envoie les pleutres passer deux semaines dans les montagnes qui bordent Dürmstrang, et ajoute d'un ton insouciant : « De toute façon, s'ils ne reviennent pas, ils ne manqueront à personne. »

• SELMA LAGUZ (Maggie Smith)
Née en 1222 dans le Jutland, Selma Osgard n'avait pas grand chose pour elle, à part un port altier et une fascination pour les runes. Élevée dans une famille de sang-pur pas très connue, elle désirait transmettre son savoir à l'ensemble des sang-purs. Comprenant que le seul moyen pour ce faire était d'enseigner, elle avait postulé pour donner des cours de runes incantatoires à Dürmstrang. Sa jeunesse au moment de la candidature (21 ans, elle venait de sortir de Dürmstrang) fut un frein qui lui donna une place d'assistante, ce qu'elle vécut comme un affront personnel.
Peu à peu, Selma parvint à faire accepter qu'elle était douée dans ce qu'elle faisait, et qu'il fallait qu'on lui fasse confiance. À 30 ans, elle devint enseignante titularisée, en plus d'être mère de deux gamins. Cela dit, ça n'était pas si gênant que ça, comme vous le comprendrez assez tôt.
Elle quitta Dürmstrang pendant trois ans, alors qu'elle avait 43 ans, laissant Harald enseigner à des têtes de pioches l'utilité de l'endurance, tandis qu'elle voyageait dans des contrées lointaines pour apprendre à mieux contrôler les incantations. Et puis elle revint, parce que c'était quand même l'endroit où elle se sentait le mieux. Le plus en communion avec l'environnement. Le plus chez elle, au final.
Elle préconise la ruse et l'intelligence et valorise souvent le jeune sang-pur qui a su déjouer les pièges du Labyrinthe. Si elle n'enseigne plus depuis qu'elle est directrice, elle assiste parfois aux cours de runes et ne se gêne pas pour corriger l'enseignant s'il y a une infime erreur. Elle donne parfois aussi des cours particuliers, pour certains élèves prometteurs. Mais on n'en parle pas trop, non plus. Elle n'aime pas qu'on puisse dire qu'elle en favorise certains.

• VIE DE FAMILLE
Pour ce qui est de la vie de famille, Harald a fait une cour pleine de discrétion à sa belle (les élèves de l'époque en parlaient au petit-déjeuner et tenaient des paris) et a réussi à épouser Selma Osgard alors qu'ils avaient 25 et 24 ans, et ils ont eu ensemble deux garçons, Vegar et Falko. Harald ferait sans doute n'importe quoi pour Selma, sauf peut-être donner une deuxième chance à un pleutre dans le labyrinthe. Selma, quant à elle, protègera sans doute Harald jusqu'à son dernier souffle (le protéger contre des menaces extérieures, et contre lui aussi).
Vegar et Falko ont grandi en Noregr, chez les parents d'Harald. Ils étaient trop jeunes pour être sur l'île de Dürmstrang, trop jeunes pour être lâchés dans un domaine où ils pourraient trouver le Labyrinthe. Aussi, par mesure de sécurité, les époux Laguz avaient décidé de confier leurs deux bambins aux parents d'Harald, qui les élevèrent sans doute aussi bien que si ça avait été leurs propres enfants.
Enseigner à ses enfants ne fut pas une partie facile, notamment parce que de nombreux gamins étaient persuadés que les fils Laguz avaient traversé le Labyrinthe tranquillement grâce à l'aide de leurs parents, par exemple.
Les époux Laguz ont des appartements dans le château de Dürmstrang, qui sont accessibles par un passage secret connu des directeurs et directrices uniquement.
bannière ©Arté


Compte administratif, ne pas envoyer de MP.
En cas de problèmes, contactez Bartram Oddi ou Kaja Heill.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


(#)

Revenir en haut Aller en bas
 

Dürmstrang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ginnungagap :: Avant de jouer :: Règles :: Eddas-