SUJET COLLECTIF Elles sont belles, mes salades !
Pour y participer, il suffit de se rendre ici
Au plaisir de vous y voir


Bienvenue aux nouveaux membres !
N'hésitez pas à squatter le flood ou la CB même si vous n'êtes pas validés, on se fera un plaisir de vous intégrer <3


Partagez | .
 

 Burn 'em to ashes, then burn the ashes. That's our official slogan. | thing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Pseudo : L.I.N.E / Sam
Crédits : Avatars et signatures sont confectionnés par mes esclaves personnels.
Avatar : Aidan Gillen as Petyr Baelish.
Ici depuis le : 18/11/2013
Messages : 173

Âge du personnage : 46 ans.
Ascendance : Immaculée, la pureté même. Quoi qu'on en dise.
Statut : Connard en chef.
Points : 15

Feuille de personnage
LOCALISATION : Skuli
JE COMPÉTITIONNE POUR : Mes fesses. ( Skuli )
INVENTAIRE :

(#) Jeu 27 Fév - 19:51





burn 'em to ashes
then burn the ashes.
That's our official slogan.



Participants • Silja & Bartram Oddi, Siri Freknur, Vyro, Jarl Heill.
PNJ ? Waldermar Oddi, Thormund Öfugr ( Noté pnj jusqu'à sa validation. ) ; ( Contactez-moi pour tout ajout. )
Statut du sujet • Privé, c'est un thing restreint.
Date, mois, année • 3 jours après jòl.
Lieu • Salle du conseil, Skuli.
Moment de la journée • On approche de la mi-journée.
Météo • Chutes de gravas avec de fort risques de décapitations importantes. Peu importe, nous sommes sous terre.


Je souhaite que les Nornes interviennent dans ce sujet.
photographie ©No F. idea.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Pseudo : L.I.N.E / Sam
Crédits : Avatars et signatures sont confectionnés par mes esclaves personnels.
Avatar : Aidan Gillen as Petyr Baelish.
Ici depuis le : 18/11/2013
Messages : 173

Âge du personnage : 46 ans.
Ascendance : Immaculée, la pureté même. Quoi qu'on en dise.
Statut : Connard en chef.
Points : 15

Feuille de personnage
LOCALISATION : Skuli
JE COMPÉTITIONNE POUR : Mes fesses. ( Skuli )
INVENTAIRE :

(#) Jeu 27 Fév - 20:06

Le sang appelle le sang. En attaquant pendant Jòl, ces gueux, ces moins que rien avaient prouvés qu’ils ne reculeraient devant aucune bassesse pour parvenir à leurs fins. Grand bien leur fasse, Jarl Heill n'était pas non plus connu pour être étouffé par les scrupules. Il y avait de l'inédit dans ce combat, ici, l'ennemi était déjà parmi eux, évoluait au sein même de Skuli, se dissimulait sous les traits d'un marchand, d'un marin, se cachait au grand jour. Un challenge ? Bien. Sa victoire n'en sera que plus éclatante.
Ce genre de crise était l'occasion rêvée de former un front commun, la menace était générale, tous étaient concernés. Et lorsque l'attention des puissants sera tournée vers la résolution de ce conflit, lui, profitera comme il se doit de cette diversion inespérée. Mais chaque chose en son temps, pour le moment il s'agissait d'instiguer le feu qui allait les animer.



Il appréciait les chiens. Il en possédait aussi, d'une toute autre espèce, mais autrement plus utiles, de braves bêtes : loyales. Il approcha sa main de la gueule de l'animal, mais ce dernier se mit à grogner avant qu’il ne puisse le toucher. Esquissant un sourire méprisant à l’égard du bâtard il écarta rapidement ses doigts et revint à Vyro. Il allait devoir s'assurer que ce dernier ne se mette pas en tête de mordre la main de celui qui le nourrissait, un tel revirement serait des plus regrettables ; une surveillance s'imposait. « Ils n'ont pas besoin de tout savoir, ne leur dit que le strict minimum ... Et moins encore. » Le bourreau n’était pas exactement connu pour son caractère volubile, mais il était primordial qu’il conserve la main sur cette affaire, que seul lui demeure en pleine possession de toutes les cartes. De grands changements se profilaient et il comptait bien faire tout ce qui était en son pouvoir pour s'assurer d'en faire partie.



Face à l'ancestrale tapisserie de Týr, le jarl attendait. Son regard fixe était imperméable à la scène héroïque qui défilait devant lui. Au fond de ses yeux brulaient une détermination irréductible : son sang avait été versé, les coupables ne sauraient rester impunis. Cette rage sourde, intestine, ne l'avait pas quitté un instant depuis Jòl. C'était la colère du père dont on avait mutilé la fille, la colère du chef dont le village avait été ravagé, mit à feu et à sang. Les protections de ce dernier étaient parfaites, qu'une bande de sang-mêlés non versés dans la maîtrise des runes aient pu en venir à bout, voilà une fable à laquelle il refusait de prêter oreille : les vrais coupables portaient des noms, noms qu'il obtiendrai d'une manière ou d'une autre, quoi qu'il en coute. En attendant d'avoir sous la main tous les coupables, il devait se faire les dents sur les suspects, sur les témoins, les complices. Les coupables croupissaient toujours dans les cachots, interrogés, torturés comme il se devait par le bourreau. Mais une entreprise d'une telle envergure demandait une main d'oeuvre qui dépassait de loin les capacités de l'équipage d'un navire de seconde zone, il devait y avoir des complices, qui, sans forcement avoir prit part aux hostilités, avaient facilité leurs déroulement. Il visait tout particulièrement les sympathisants et autre traitres a leur sang. La liste des concernés ne manquait pas de substance, mais beaucoup s'étaient fait portés absents, prit d'une foudroyante crise de prudence aiguë, on s'était exilé aux quatre coins de la Scandinavie afin d'échapper a l'inquisition musclée provoquée par Jòl.
La nature et la portée de l'affront faisait que le conseil devait pouvoir trouver sans difficulté un terrain d'entente : une bonne chose, il n'était pas d'humeur à temporiser et encore moins à faire des compromis. Les représailles allaient se faire sentir : en attaquant aussi ouvertement les sang-purs, ces idiots venaient de leur servir sur un plateau d'argent le bâton avec lequel ils allaient se faire battre. Si jusqu'ici leur présence était tolérée, la suite des événements risquait de s'avérer plus piquante pour ces sous-êtres.

Mais condamner ne formait que la moitié de sa tâche : les travaux avaient débutés. L'empressement dont il avait fait preuve concernant les réparations s'expliquaient par la volonté de ne laisser aucune trace de cette attaque, que le village en porte les cicatrices le moins longtemps possible. Cet acte était tant un message pour les victimes que pour les agresseurs : Skuli ne saurait rester à genou - du moins, tant qu'il en tiendrait les rênes.
Les protections runiques allaient à nouveau être étudiées, éprouvées, optimisées. Et lui allait balayer du revers de la main les cendres de cette défaite infligée, saisir à la gorge les chiens qui s'étaient glissés dans leurs rangs et exhiber leur tête montée sur un pic a l'entrée de Skuli. En avertissement sera écrit : « Ci-gisent les ennemis de Skuli. » Les ennemis du Heill des Heill. Un avertissement des plus approprié ... Si seulement. Il se détourna de la tenture, et, franchissant d'un pas raide la distance le séparant de la grande table qui trônait au centre de la salle du conseil, porta un regard acéré sur les derniers arrivants. Le danger était bien réel, la menace de taille ; il n'y avait pas de temps à perdre. « Je vous remercie de vous être déplacés si rapidement, c'est avec soulagement que j'ai appris qu'aucun des vôtres ne figurent parmi les victimes de ce drame. Si vous voulez bien prendre place. » Il s'assit en bout de table, comme à son habitude. « J'ai ici une liste d'hommes et de femmes susceptibles de nous renseigner quant aux acteurs cachés de cette attaque. Seulement, nombre d'entre eux ont jugé approprié de fuir plutôt que de comparaître devant ce thing. L'affaire est loin de seulement concerner Skuli, je compte sur l'aide du Sviar, du Jutland mais aussi du Noregr pour les retrouver. Waldermar, il serait utile que vous en touchiez un ou deux mot à Daven Vondr. » Il échangea un regard avec le patriarche Oddi, sa relation avec le chef de famille Vondr faisait de lui le plus à-même à lui en parler. « Il ne s'agit pas de lancer une chasse à l'homme : ceux qui figurent sur cette liste ne sont pas suspectés. Mais si nous souhaitons éviter que cette situation se reproduise, alors nous ne pouvons nous permettre d'écarter la moindre piste. Nous allons commencer par interroger quelques uns des sorciers n'ayant pas fui, puis le bourreau nous fera part de ce qu'il a arraché au capitaine du Munin. Nous discuterons ensuite des mesures qui s'imposent. A moins que vous n'ayez quelque chose a rajouter, je suggère de commencer sur le champ, le temps ne nous est que trop précieux. » Il fit signe à un garde mais on l'interrompit ce dernier avant qu'il n'ait pu faire quoi que ce soit. « Un instant. » Öfugr, vieux loup impotent. « Je tenais à exposer aux yeux du conseil le fait que, de mémoire d'homme, le chef de Skuli a toujours su protéger efficacement le village contre les révoltes sang-mêlés. Jusqu'ici. » Celui qui se tenait à la place du chef accueillit la remarque par un sourire peu affable. « En tant que seul et unique témoin vivant de l'histoire séculaire de Skuli, nous ne pouvons que vous croire sur parole Thormund. » Il continua avant qu'il ne puisse reprendre. « Maintenant, un choix s'offre à nous : nous pouvons nous apitoyer sur ce passé qui vous est si cher ou, au contraire, se préparer pour affronter la crise qui se profile. Ces divisions intestines ne sont bonnes qu'à nous affaiblir face aux révoltes qui s'annoncent ; c'est faciliter la tâche des impurs que d'alimenter cette scission. Impurs qui, dois-je vous le rappeler, n'avaient que faire d'avoir affaire à un Öfugr ou à une Heill alors qu'ils s'attaquaient au knörr de Dürmstrang. Nous ne pouvons nous permettre d'afficher la moindre faiblesse, sans quoi c'est bien plus qu'un village que nous allons perdre. L'ennemi a plus d'un visage, assurez-vous de ne pas lui prêter le votre. » La tête de Thormund Öfugr serait du meilleur effet à l'entrée du village, cela ne faisait aucun doute, mais maintenant n'était pas le moment.  « Vous avez une autre remarque pertinente à soumettre au conseil ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Pseudo : Gane
Crédits : @ Arté (♥)
Avatar : Iwan Rheon as Ramsay Bolton
Ici depuis le : 18/11/2013
Messages : 279

Âge du personnage : Vingt cinq longs hivers gelés.
Ascendance : Sang-mêlé
Statut : Bourreau, authentique et unique.
Particularités : Bourreau cruel et sans pitié ♣️ Sang-mêlé ♣️ Casse des objets lorsqu'il devient enragé ♣️ Ne sort jamais sans arme ♣️ Considère sa soeur Hella comme sa propriété ♣️ Pratique l'inceste comme le lancer de hache ♣️ Tueur sans remords ♣️ Responsable de la disparition de son père ♣️ Ne fait pas confiance aux grandes familles ♣️ Travaille pour la famille Heill ♣️ Vend ses talents au plus offrant ♣️ N'aime pas les portails magiques ♣️ Voyage énormément ♣️ Forge des armes de qualité ♣️ Est parfois accompagné d'une meute de chien ...
Points : 125

Feuille de personnage
LOCALISATION : Wends
JE COMPÉTITIONNE POUR : Skuli
INVENTAIRE :

(#) Mar 13 Mai - 13:58


Burn 'em to ashes

The trial of Skuli





Jarl Heill, maître parmi les maîtres. Une des plus puissantes figures politiques de Skuli et pourtant, debout au centre de la salle du conseil, il n'était qu'un petit joueur de plus dans la course au pouvoir. Le bourreau esquissa l'ombre d'un sourire cruel lorsque son bâtard émit un grondement sourd qui fit reculer le jarl. L'animal n'était pas fait pour être caresser. Mais déjà, le puissant jarl lui adressait la parole « Ils n'ont pas besoin de tout savoir, ne leur dit que le strict minimum ... Et moins encore. » Vyro eut envie d'imiter son chien et de grogner contre le politicien véreux mais il se contenta d'un hochement de tête bref et peu amène. Il était brutal et violent mais pas stupide. Il connaissait les enjeux de la réunion qui allait bientôt se dérouler. Une rencontre de la plus haute importance et il connaissait sa place, celle qu'il avait toujours occupé d'une façon ou d'une autre. Au fond dans l'ombre, à n'en sortir que lorsqu'il serait appelé à témoigner.

Installé en bout de table, comme toujours, Jarl Heill prit la parole. Si Vyro n'aimait pas particulièrement le politicien, il savait tout de même en reconnaître l'éloquence. Silencieux, tapis dans l'ombre de la tapisserie de Týr, il écoutait le plaidoyer du jarl en grattouillant distraitement le sommet du crâne de son chien, entre les deux oreilles. Après une exposition des faits pertinente et tranchante, le jarl sembla amorcer un signe pour faire sortir le bourreau de l'ombre mais un vieil homme prit la parole. « Un instant. Je tenais à exposer aux yeux du conseil le fait que, de mémoire d'homme, le chef de Skuli a toujours su protéger efficacement le village contre les révoltes sang-mêlés. Jusqu'ici. » Thormund Öfgur. Vyro esquissa un rictus cruel, dissimulé dans les ténèbres de la salle. Il ne comprenait toujours pas comment cet ancêtre diminué pouvait encore siéger à cette table. Il resta cependant à sa place, laissant Jarl Heill répondre avec habileté pour raffermir sa position et poursuivre dans le vif du sujet.

Il savait ce qu'il avait à dire. Il avait passé des heures à torturer Vilhelmine, capitaine du Munin et supposée instigatrice de l'opération de sauvetage du responsable de l'attaque de Skuli. Une sinécure, vraiment. Force de caractère qu'il n'avait pas totalement réussi à briser, malgré ses méthodes indiscutablement efficaces. Il éprouvait une sorte d'admiration forcée, pour cette femme que rien ni personne ne semblait plier. Il avait cependant obtenu, dans un délire presque agonisant, des noms. Celui de sa soeur avait surgit, dans les bribes de rêves et de folie douloureuse. Evidemment, Vyro n'allait pas le révéler mais il avait été très agacé par cette révélation, qui ne venait que confirmer ses soupçons.
Mais il avait une idée pour la faire sortir de sa prison. Après tout, Hella était sa soeur et s'il ne bénéficiait d'aucun privilège particulier, il avait au moins l'attention des puissants, pour le moment. Il ferait passer la présence de Hella pour fortuite, insistant sur le fait qu'elle avait tenté de sauver un sang-pur et qu'à ce titre, elle pouvait prétendre à une liberté aussi restreinte que la personne qu'elle avait tiré d'affaire. Il s'arrangerait pour avoir un marché avec l'héritier Vondr pour qu'il abonde en ce sens. Quant au capitaine du Munin, il ne savait pas encore ce qu'il devait en faire. Il ne pouvait guère la relâcher mais s'il la torturait un peu plus, il risquait de la tuer et cela n'entrait pas dans ses plans. Il aviserait en fonction de ce que les conseillers décideraient, peut-être. Il fallait préserver les apparences.

Mais pour l'heure, il n'avait pas encore été sommé. Jarl Heill attendait des commentaires sur sa jolie tirade et Vyro n'avait pas encore le droit à la parole.




The rains of castamere


And who are you, the proud lord said, that I must bow so low ? Only a cat of a different coat, that's all the truth I know. In a coat of gold or a coat of red, a lion still has claws, and mine are long and sharp, my lord, as long and sharp as yours. And so he spoke, and so he spoke, that lord of Castamere, but now the rains weep o'er his hall, with no one there to hear. ...


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


(#)

Revenir en haut Aller en bas
 

Burn 'em to ashes, then burn the ashes. That's our official slogan. | thing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kill Maim Burn
» Dovadula's Burn
» Crash crash burn, let it all burn.
» Burn it Down + destruction de développement.
» 2011 - Heart burn (tenue uniquement)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ginnungagap :: Skuli :: Galeries souterraines :: Salle du Conseil-